"Bonheur absolu" pour Isabelle Balkany : "son amour" Patrick Balkany est de retour

·1 min de lecture

Patrick Balkany est désormais auprès de sa femme. C’est cette dernière qui a annoncé la nouvelle sur son compte Twitter ce 7 novembre 2020. "Il est rentré après 11 jours d’hospitalisation", commente-t-elle en faisant référence au séjour que son mari a fait à l’hôpital Foch situé à Suresnes, à cause d’anomalies de rythme cardiaque et de difficultés respiratoires. Plus précisément, il était pris en charge par les médecins à cause de la formation d’un œdème pulmonaire et a été placé sous oxygène.

"Même s’il y a des ordonnances énormes et une nouvelle IRM à faire lundi dès 8 heures, bonheur absolu…", lance Isabelle Balkany avec enthousiasme. "Merci, vraiment, à toute l’équipe de Foch d’avoir pris soin du cœur de l’homme de ma vie… On t’aime, mon amour", conclut l’ancienne Première adjointe au maire de Levallois-Perret, en légende d’une photo de son époux chez lui, baissé pour saluer leurs trois chiens. Celle qui a fait une tentative de suicide le 1er mai 2019 semble plus heureuse que jamais de retrouver son cher et tendre, notamment parce qu’elle n’a pas pu se rendre à son chevet récemment.

Le 3 novembre dernier, elle expliquait à ses fans être dans un état "entre rage folle et tristesse immense" puisque "les infirmières venaient de dire" à son compagnon qu’une "nouvelle ‘mesure gouvernementale’ interdit les visites aux malades dans les hôpitaux". "Personne n’en parle, je veux, j’ai besoin de voir mon homme !!!", s’écriait-elle avec désespoir. Pour rappel, de septembre 2019 à février (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Carnet rose - Joyce Jonathan maman : elle dévoile son bonheur sur Instagram
PHOTOS - Albert et Charlène de Monaco unis et émus à Nice pour rendre hommage aux victimes
Alain Delon : cette nuit où son fils Alain-Fabien a vécu un drame
Joe Biden élu président : qui est Jill Biden, son épouse et nouvelle First Lady ?
Marlène Schiappa : cette énorme bourde qui a fait de Nicolas Sarkozy et Zinedine Zidane des “immigrés”