Un “bond en avant” dans les traitements contre le cancer

Photo KEITH CHAMBERS/SCIENCE PHOTO LIB / KCH / Science Photo Library/ AFP

Une nouvelle étude expérimentale vient d’être présentée dans les pages de la très sérieuse revue scientifique Nature ainsi qu’à la Society for Immunotherapy of Cancer (SITC, association professionnelle américaine qui regroupe des praticiens, des politiques et des industriels engagés dans la lutte contre le cancer et qui compte 2400 membres dans 42 pays). La BBC indique que si l’étude n’a impliqué que 16 patients, atteints d’un cancer du côlon, du sein ou du poumon qui n’avaient pas répondu aux autres traitements, “elle a été qualifiée de “bond en avant” et de ‘puissante’ démonstration”. Chez 11 patients, la maladie a continué à s’aggraver, mais sa progression s’est stabilisée chez les cinq autres. “Il est trop tôt pour évaluer pleinement l’efficacité de la thérapie et cela coûte cher et prend du temps, ” souligne le site d’information britannique.

Si ces résultats, bien que sur un échantillon très petit, ont autant fait parler d’eux, c’est qu’ils s’appuient sur une innovation technologique qui permet de donner à chaque malade un traitement d’immunothérapie développé spécialement pour lui. Il s’agit de repérer et d’isoler parmi les lymphocytes T de chaque patient, ceux dont les récepteurs sont capables de détecter son cancer. Ils serviront de modèle pour “éditer” d’autres lymphocytes T du patients, c’est-à-dire les modifier afin de les doter, eux aussi, de récepteurs à son cancer. La dernière étape consiste à réintroduire dans le corps du patient les lymphocytes T modifiés et “efficaces”.

“Cela a été rendu possible grâce aux progrès considérables de la technologie d’édition génétique Crispr, qui agit comme une paire de ciseaux moléculaires - permettant aux scientifiques de manipuler facilement l’ADN. Les chercheurs qui ont développé Crispr ont remporté le prix Nobel de chimie en 2020, ” précise la BBC.

Le Dr Manel Juan, chef du service d’immunologie du centre hospitalier universitaire Hospital Clínic à Barcelone, est enthousiaste. “Cela ouvre la porte à l’utilisation de cette [approche] personnalisée dans de nombreux types de cancer et potentiellement dans de nombreuses autres maladies.”

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :