"Bon séjour en prison": le récit de la confrontation entre Isabelle Fouillot et Jonathann Daval

Justine Chevalier
·3 min de lecture
Jonathann Daval victime d'un malaise lors de son procès à Vesoul, le 18 novembre 2020 - Zziigg © 2019 AFP
Jonathann Daval victime d'un malaise lors de son procès à Vesoul, le 18 novembre 2020 - Zziigg © 2019 AFP

Elle a insisté, a voulu le faire parler, le pousser dans ses derniers retranchements pour qu'enfin Jonathann Daval livre les derniers secrets qu'elle croit qu'il détient. Isabelle Fouillot a pris la parole ce vendredi en cette cinquième journée d'audience pour s'adresser directement au meurtrier de sa fille. Une demande qui lui avait été refusée mercredi par le président de la cour d'assises.

"S'il te plaît, aujourd'hui lâche toi, insiste-t-elle", en larmes, auprès Jonathann Daval. "C'est la dernière fois qu'on se voit, qu'on se parle. J'ai besoin de le savoir."

Comme le 7 décembre 2018 lors d'une confrontation dans le bureau de la juge d'instruction lorsque Jonathann Daval avait avoué son crime, Isabelle Fouillot a tenté de faire craquer son ancien gendre. D'une voix claire, douce, elle lui a posé de nombreuses questions car, selon elle, il n'a pas dit toute la vérité sur la mort d'Alexia.

"Ne me dis pas que tu l'as tuée pour quelques mots", lui lance-t-elle.

"Il faut me croire"

Invariablement, Jonathann Daval va maintenir sa version, celle qu'il a donnée à nouveau la veille à la cour d'assises. Le couple s'est disputé, "la dispute de trop", il y a eu des insultes, des reproches, puis l'accusé poursuit: "Je n'ai pas pu m'enfuir, après elle m'a retenu, dit-il. Tout est ressorti en moi, ces années de colère, de reproches." Pourquoi l'avoir étranglée? "Pour qu'elle se taise", répond-il à nouveau.

"C'était une dispute, Isabelle, il faut me croire, c'était une dispute", insiste Jonathann Daval de sa voix enfantine face à Isabelle Fouillot qui ne peut pas croire à cette version.

Pourquoi n'ont-ils pas divorcé si leurs relations étaient mauvaises? "On n'en a jamais parlé, ce n'était pas concevable pour l'image", explique Jonathann Daval. Il affirme également qu'il n'aurait "pas pu supporter" une séparation, ajoutant que ni lui, ni sa femme ne le souhaitaient.

"Adieu"

Isabelle Fouillot comprend alors que Jonathann Daval ne reviendra pas sur sa version. Elle évoque alors un autre volet de ce dossier, le complot évoqué par Jonathann Daval, les accusations du meurtre d'Alexia lancées par son ancien gendre à l'encontre de Grégory Gay et de ses anciens beaux-parents.

"Tu nous a tout pris", lui dit-elle. "Pourquoi tu nous a accusé de meurtre? Pourquoi tu as fait ça?"

"Je voulais fuir la situation, encore fuir", répond-il.

Jonathann Daval ne fera pas de nouvelles révélations. La veille, son avocat a estimé que son client "a tout dit". "Il va falloir à un moment que les victimes l'acceptent", a assuré Me Randall Schwerdorffer. Alors Isabelle Fouillot termine sa prise de parole avec des mots durs:

"Je te souhaite un bon séjour en prison, adieu." Face à elle, Jonathann Daval, débout, se recroqueville sur lui.

>> Daval, la série: les quatre épisodes de la série documentaire événement de BFMTV sont disponibles en replay et en version podcast.

Article original publié sur BFMTV.com