« Un bon paquet de dégueulasses » : Tristane Banon réagit aux accusations contre Gérard Louvin

·1 min de lecture

L'affaire Kouchner-Duhamel ne serait-elle que la partie immergée de l'iceberg ? Le 8 janvier dernier, Olivier A., 48 ans, a déposé plainte contre son oncle, le producteur de télévision Gérard Louvin, pour "complicité de viols sur mineur de moins de 15 ans par ascendant" et contre le mari de ce dernier, Daniel Moyne, pour "viols sur mineur de moins de 15 ans par ascendant" et "corruption de mineurs", rapporte Le Monde ce lundi 25 janvier. Des accusations qui ont indigné nombre d'internautes, parmi lesquels, Tristane Banon, qui a fait part de sa colère sur Twitter.

L'écrivaine, qui avait accusé en 2011 l'ex-directeur du FMI Dominique Strauss-Kahn de violences sexuelles, s'est ainsi réjouie que "les masques tombent, tombent, tombent". Et d'ajouter : "Ça commence à faire un bon paquet de dégueulasses quand même! Une pensée émue pour ceux qui attendent leur tour. Ça doit avoir des sueurs froides le long de la colonne..."

Contacté par nos confrères du Monde, Me Christophe Ayela, l’avocat de Gérard Louvin, qui tout comme son époux, reste présumé innocent, a indiqué que son client est "sidéré de voir qu’il est sous le coup de menaces de la part d’Olivier", évoquant "un chantage permanent à l'argent" de la part de son neveu. Pour les avocats du couple, "ces calomnies sont le fruit d'un ignoble chantage portant sur la somme extravagante de 750 000 euros dont ils sont victimes depuis plusieurs semaines et auquel ils ont légitimement refusé de céder". Ils promettent d'ailleurs que "l'innocence" (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Affaire Olivier Duhamel : l'Elysée, "tétanisé", suit le dossier de près
"Je n'ai pas le temps" : cette gaffe d'Olivier Véran rattrapée de justesse
Gérard Louvin accusé d'inceste : qui est son mari Daniel Moyne, lui aussi visé ?
Roi de Thaïlande : sa maîtresse Sineenat élevée au rang de reine... c’est la guerre au palais !
VIDEO - Mort d'Etienne Draber : le cri du coeur de sa fille chez Pascal Praud