"Bombe sale" : Poutine veut "au plus vite" une mission de l'AIEA en Ukraine

"Bombe sale" : Poutine veut "au plus vite" une mission de l'AIEA en Ukraine
Le président russe Vladimir Poutine à Astana, au Kazakhstan, le 14 octobre 2022. - VALERY SHARIFULIN / MEDIA D'ETAT SPUTNIK / AFP
Le président russe Vladimir Poutine à Astana, au Kazakhstan, le 14 octobre 2022. - VALERY SHARIFULIN / MEDIA D'ETAT SPUTNIK / AFP

Le bluff russe se poursuit. Ce jeudi, le président russe Vladimir Poutine a estimé que l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) devait se rendre "au plus vite" en Ukraine, le président russe accusant ce pays voisin d'effacer les preuves selon lesquelles il prépare une "bombe sale".

"L'AIEA veut venir (...). Nous sommes pour, au plus vite et de la manière la plus large possible, car nous savons que les autorités à Kiev font tout pour brouiller les traces de ces préparatifs", a-t-il affirmé devant le forum de discussion de Valdaï à Moscou. "Ils travaillent dessus", a-t-il encore lancé.

"Nous savons même où cela se fait approximativement (en Ukraine)", a ajouté le dirigeant russe, interrogé sur les allégations russes sur une "bombe sale" que Kiev préparerait.

Le nucléaire écarté?

Selon l'homme fort du Kremlin, l'Ukraine veut utiliser une telle arme radioactive "pour pouvoir dire plus tard que c'était la Russie qui avait effectué une frappe nucléaire", a encore dit Vladimir Poutine, soulignant qu'il avait lui-même demandé à son ministre de la Défense, Sergueï Choïgou, d'"en informer" ses homologues occidentaux.

Ce dernier s'est en effet entretenu ces derniers jours avec les ministres américain, chinois, français, turc et britannique de la Défense, des échanges d'une intensité inédite -sur quelques heures- depuis le début de l'offensive russe en Ukraine le 24 février.

L'Ukraine et ses alliés occidentaux ont tous depuis largement condamné les allégations "à l'évidence fausses" de la Russie.

Vladimir Poutine a en outre relativisé ses propos passés quant à la possibilité d'utiliser l'arme atomique, estimant qu'il n'avait fait que répondre aux menaces de ses adversaires.

"Nous n'avons jamais parlé de la possibilité d'utiliser des armes nucléaires. Nous avons seulement fait des allusions en réponse aux déclarations d'autres pays", a assuré le président russe.

Selon lui, l'Ukraine et les Occidentaux affirment que Moscou joue l'escalade nucléaire afin d' "influencer les pays neutres pour leur dire : 'Regardez la Russie! Ne coopérez pas avec elle!.'"

Article original publié sur BFMTV.com