Bombe artisanale, quatre interpellations : ce que l'on sait de l'attaque terroriste de Liverpool

·4 min de lecture
La police scientifique au travail à Liverpool au lendemain de l'attaque.  - Paul Ellis
La police scientifique au travail à Liverpool au lendemain de l'attaque. - Paul Ellis

876450610001_6282076204001

Dès les premières heures ayant suivi l'explosion d'un taxi près de l'hôpital de Liverpool dimanche en fin de matinée, le mot de "terrorisme" étaient dans toutes les bouches. Y compris dans celles de la police qui expliquait traiter l'enquête comme un attentat "par précaution". La précaution est levée. Ce lundi, à l'occasion d'une conférence de presse, la police britannique a officiellement reconnu la nature terroriste de la déflagration du véhicule devant le Liverpool Women's Hospital.

Les points d'interrogation restent nombreux, cependant les investigations initiales ont déjà permis de dégager de premières pistes et de mener quatre interpellations. BFMTV.com passe en revue ces quelques certitudes et les domaines qui demeurent à éclaircir.

• Un taxi devant un hôpital: le déroulement des faits

Il n'était pas encore 11h quand un taxi a sauté, prenant bientôt feu, dimanche devant le Liverpool Women's Hospital. Le chauffeur du taxi David Perry, devenu le "héros" du jour, selon l'éloge prononcé par la presse, la maire de Liverpool ainsi que par le Premier ministre Boris Johnson, avait chargé son passager sur Rutland Avenue, à dix minutes de l'établissement de santé.

Ce sont les soupçons du conducteur qui ont poussé l'assaillant à passer à l'acte sur ces lieux semble-t-il, évitant sans doute un massacre. D'après le témoignage à la BBC de la maire de Liverpool Joanne Anderson, le chauffeur a bientôt nourri des soupçons quant à son client, en entendant des "bruits métalliques" en provenance de la banquette.

Il l'a alors enfermé dans l'habitacle avant de le quitter lui-même. Il a toutefois été blessé par l'explosion. Le chauffeur de taxi, admis à l'hôpital, en est sorti. L'assaillant, lui, est mort dans son attaque.

D'après les premiers éléments de l'enquête, celui-ci a employé une bombe artisanale qu'il avait lui-même emmenée à bord. Selon le Guardian ce lundi, les enquêteurs pensent que non seulement le passager a lui-même actionné l'engin mais qu'il en était l'artificier.

• Quel est le profil de l'assaillant?

Disons-le tout net: ce lundi après-midi, l'identité et les motivations du terroriste présumé ne sont pas connues. Ou plutôt, comme le précise encore le Guardian, la police assure connaître l'identité de l'homme à l'origine de l'explosion du taxi mais ne l'a pas encore révélée. On sait qu'il est monté dans la voiture du côté de Rutland Avenue, à quelques minutes de l'hôpital par la route.

Son projet originel n'a pas non plus été établi avec certitude à ce stade. La tenue d'une cérémonie non loin de là à l'occasion du Remembrance Day - qu'on pourrait traduire par "Jour de Mémoire", commémorations célébrant les soldats tombés au champ d'honneur de la Première Guerre mondiale - a suscité des interrogations.

Russ Jackson, qui dirige la police antiterroriste locale, et s'est adressé à la presse ce lundi, a soulevé la question: "Bien sûr, nous sommes bien conscients qu'il y avait des événements relevant du Remembrance Day tout près et que la mise à feu a eu lieu peu avant 11h. Mais à cette heure, nous ne pouvons pas établir un lien. Mais c'est l'un des axes exploités par l'enquête".

• Quatre hommes entendus: le bilan des interpellations

Celle-ci, conduite par l'antiterrorisme, la police locale, deux forces auxquelles s'ajoute le MI5, le Renseignement britannique, avance déjà. Et si le profil du terroriste reste nébuleux, la police a mis la main sur quatre jeunes hommes. Des opérations de police avaient permis trois interpellations dès dimanche soir, toutes trois réalisées dans le même quartier liverpuldien de Kensington. Ces hommes, arrêtés au titre du la loi antiterroriste, sont âgés respectivement de 29, 26 et 21 ans.

Un quatrième homme, cette fois âgé de 20 ans, a été arrêté ce lundi, dans une autre zone de la ville. Les quatre individus sont actuellement entendus par la police antiterroriste.

• Le niveau de menace relevé au Royaume-Uni

Le drame de dimanche a déjà produit une première conséquence au plan national. Les autorités ont décidé de relever le niveau d'alerte dans le pays. "Nous augmentons le niveau de la menace d'important à grave", a ainsi déclaré la ministre de l'Intérieur, Priti Patel, ce lundi dans une intervention télévisée.

Dès dimanche, les patrouilles policières avaient été renforcées dans les rues et les artères de Liverpool. La police de la région de Manchester a pourtant tenu à rassurer les locaux dans son communiqué publié ce lundi à la mi-journée: "Il est important de souligner qu'il n'existe aucun élément renvoyant à une menace directe dans la région après l'incident d'hier".

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles