“Notre Bolsonaro à nous, c’est Jean-Michel Blanquer”, estime un enseignant

franceinfo
·1 min de lecture

Le collectif d’enseignants “Stylos rouges” a déposé plainte jeudi 25 mars contre Jean-Michel Blanquer auprès de la Cour de justice de la République. “Nous sommes étonnés que le ministre de l’Education nationale ait pris vendredi des décisions utiles pour les écoles juste après le dépôt de notre plainte. Nous actons que les écoles sont bel et bien des lieux de contamination, contrairement à ce que disaient le ministre et des scientifiques. Depuis le mois de juin, nous prônons des classes par demi-groupe. Nous n’avons jamais été entendus. Nous avons été obligés de porter plainte contre M. Blanquer, car il met en danger la population et sa politique fait que le virus et ses variants se répandent en permanence, explique Nicolas Glière, professeur de français et membre de ce collectif.

Un gouvernement à la ramasse

Il faut être raisonnable. Quelques semaines de fermeture d’écoles pour protéger tout le monde, ce n’est pas la mort, justement. C’est trop tard pour les demi-groupes. Combien de professeurs morts du Covid-19 ? L’Education nationale cache l’information, assure l’enseignant. Ce gouvernement est incompétent, toujours à la ramasse sur le virus, toujours dans la réaction, qui n’anticipe jamais rien. En un an, le gouvernement n’a rien appris. Notre Bolsonaro (président du Brésil qui minimise le coronavirus, ndlr) à nous, c’est Jean-Michel Blanquer, lance Nicolas Glière.

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi