Boire du café réduirait le risque de maladie d'Alzheimer

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Cette étude n’a pas rendu possible de déterminer quels constituants du café étaient à l'origine des bénéfices (Getty Images).
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Boire du café aurait un impact positif concernant la fonction cognitive et exécutive. Une solution pour réduire le risque d'apparition de cette maladie neurodégénérative.

Pour diminuer le risque de souffrir de la maladie d’Alzheimer, le remède se trouve peut-être… dans votre cuisine. Selon une récente étude australienne, boire de plus grandes quantités de café peut vous rendre moins susceptible de développer la maladie d'Alzheimer.

Dans le cadre de cette étude, des chercheurs de l'Université Edith Cowan ont cherché à savoir si la consommation de café affectait le taux de déclin cognitif. "Nous avons trouvé que les participants sans troubles de la mémoire et avec une consommation de café plus élevée au début de l'étude avaient un risque plus faible de transition vers une déficience cognitive légère - qui précède souvent la maladie d'Alzheimer - ou de développer la maladie d'Alzheimer au cours de l'étude", a résumé la chercheuse principale, le Dr Samantha Gardener.

VIDÉO - Carnet de Santé - Dr Christian Recchia : "Pour éviter la maladie d’Alzheimer, il y a un certain nombre de choses que l’on maîtrise, que l’on peut faire"

D’après les chercheurs, boire du café aurait un impact positif concernant la fonction cognitive et exécutive. Précisément, cette boisson chaude permettrait de ralentir l'accumulation de la protéine amyloïde dans le cerveau. En effet, l’accumulation anormale de cette protéine - appelée peptide bêta-amyloïde (peptide Aß) - à l’extérieur des cellules nerveuses représente une cause d'apparition de la maladie. Si ces résultats se confirment, il s’agirait d’un moyen simple de retarder l’apparition de cette maladie neurodégénérative. 

Avec ou sans caféine ?

Pour le moment, les chercheurs n’ont pas déterminé le nombre de tasses nécessaire pour avoir un effet bénéfique. De plus, cette étude n’a pas déterminé de différence entre les cafés avec ou sans caféine, les cafés avec ou sans sucre, avec ou sans lait, etc. "Si la tasse moyenne de café faite à la maison est de 240 g, passer à deux tasses par jour pourrait potentiellement réduire le déclin cognitif de huit pour cent après 18 mois", souligne l’étude. Cette quantité permettrait de diminuer de 5% l'accumulation d'amyloïde dans le cerveau.

Cette première étude n’a pas permis de déterminer quels constituants du café étaient à l'origine des effets positifs sur la santé du cerveau. Si la caféine semble avoir un impact, ce ne serait pas le seul composant bénéfique. Ces conclusions ont été publiées dans Frontiers of Aging Neuroscience.

VIDÉO - "Une étude a révélé que ça pouvait entraîner la maladie d’Alzheimer" : tout ce qu’il faut savoir pour bien choisir sa gourde

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles