Boire du café régulièrement a des effets bénéfiques sur la mémoire et l’apprentissage

La consommation régulière de caféine modifie durablement le fonctionnement moléculaire des cellules de l’hippocampe, siège de la mémoire dans le cerveau. Cela se traduit par une plus grande plasticité neuronale, susceptible de faciliter les apprentissages et d’améliorer la mémoire.

Nombreuses sont les personnes qui boivent du café. Certaines le font par goût, et beaucoup pour les propriétés stimulantes de la caféine. En effet, cette dernière accroît la vigilance et la concentration dans les heures qui suivent sa consommation. Elle a par ailleurs un effet sur la mémoire : plusieurs études épidémiologiques et expérimentales attestent d’un bénéfice en cas de maladie d’Alzheimer. Une étude de phase 3 a même été lancée en 2021, à Lille, pour évaluer l’effet de la caféine sur les fonctions cognitives de patients atteints de forme débutante ou modérée de cette maladie neurodégénérative (étude CAFCA).

Pour autant, les mécanismes moléculaires sous-jacents demeuraient méconnus. C’est pourquoi les équipes de David Blum, au centre de recherche Lille neuroscience & cognition (unité 1172 Inserm/Université de Lille/CHU de Lille), et d’Anne-Laurence Boutillier, au Laboratoire de neurosciences cognitives et adaptatives de Strasbourg (UMR7364 CNRS/Université de Strasbourg), ont décidé de s’attaquer à cette question en étudiant les effets d’une consommation chronique de caféine chez la souris. Leur étude est publiée dans la revue The Journal of Clinical Investigation.

 Le café se déguste et se décline de bien des façons à travers le monde. Sa consommation permettrait également de réduire le risque de maladies cardiovasculaires. © franz12, Adobe Stock
Le café se déguste et se décline de bien des façons à travers le monde. Sa consommation permettrait également de réduire le risque de maladies cardiovasculaires. © franz12, Adobe Stock

Souris caféinées versus souris décaféinées

« Il y a eu beaucoup de travaux sur cette substance, mais qui portaient le plus souvent sur des consommations aiguës, c’est-à-dire ponctuelles, et non sur une consommation chronique telle qu’on l’observe habituellement. En outre, ces travaux ne renseignent pas sur les changements moléculaires...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles