Boeing va effectuer un second vol test non-habité avec la Starliner après un premier au bilan mitigé

Une enquête indépendante du premier vol test non-habité de la Starliner a révélé que Boeing devrait mettre en place 61 mesures correctives. Et "la NASA a toujours l'intention d'instaurer la surveillance nécessaire pour s'assurer que ces mesures correctives soient prises", a déclaré l'agence spatiale américaine. En février dernier, Paul Hill, membre du panel de sécurité de la NASA, avait déjà souligné : "le panel est très préoccupé par la rigueur des processus de vérification de Boeing. De plus, sachant que ce vaisseau spatial est destiné à transporter des humains dans l'espace, le panel recommande une évaluation encore plus importante de Boeing et des actions correctives dans les processus et les tests de vérification de Boeing [ingénierie et intégration des systèmes]."

Date encore inconnue

Cette décision prise par Boeing d'effectuer un second vol test non-habité a été saluée dans un tweet par Douglas Loverro, administrateur associé de la Nasa pour l’exploration et les opérations humaines : "Chapeau bas à Boeing pour avoir préconisé une répétition de leur test de vol orbital pour le programme Commercial Crew. La responsabilité des entreprises prend de nombreuses formes et celle-ci en fait partie".

Quant à la date de ce prochain test, elle n'est pas encore connue. La NASA et Boeing travaillent sur "un calendrier acceptable", a précisé Jerry Drelling, porte-parole de Boeing, à SpaceNews, mais cela devrait être à l'automne prochain. Si tel est le cas, le second vol test non-habité de la Starliner devrait se faire après la première mission test habitée de la Crew Dragon de SpaceX, conçu également pour transporter des astronautes vers et depuis l'ISS. Cette dernière est prévue entre mi-mai et fin mai de cette année.

Depuis l'arrêt du programme des navettes américaines en juillet 2011, les seuls véhicules permettant les vols d'astronautes sont actuellement les Soyouz russes. Pour mettre fin à cette dépendance — qui coûte 85 millions de dollars la place — et pouvoir envoyer ses

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Il n'y aura pas de nouvel emoji sur iOS et Android en 2021 à cause du coronavirus
Voici les 6 étapes à suivre pour porter un masque efficacement
Ces produits inattendus qui suscitent un regain d'intérêt des consommateurs pendant le confinement
Zoom tente de stopper les critiques sur sa sécurité en facilitant l'accès aux paramètres
Disney+ compte déjà 50 millions d'abonnés dans le monde