Boeing 737 MAX: aucune date de remise en service prévue

Quatre mois après l'immobilisation de son avion-vedette suite aux crashs de Lion Air et Ethiopian Airlines, le groupe américain annonce qu'il a approvisionné près de 5 milliards de dollars. Une partie servira à dédommager les proches des 346 victimes des deux catastrophes. L'immense majorité de l'enveloppe ira aux compagnies aériennes et aux loueurs d'avions affectés par l'immobilisation du 737Max. Une immobilisation qui devrait durer encore toute l'année.Les résultats financiers de Boeing pour le second trimestre seront annoncés mercredi prochain. Dès cette semaine, Boeing révèle qu'au total 5,6 milliards de dollars seront provisionnés pour répondre à la crise. La majorité servira à couvrir les frais occasionnés après les deux crashs mortels et l'immobilisation de tous les 737 Max depuis mars.Des milliers de vols ont été annulés par les compagnies aériennes clientes.  American Airlines par exemple n'entrevoit pas de sortie de crise avant le 2 novembre. Boeing devra compenser le manque à gagner sur des années. La baisse de la production des 737 Max coûtera 1,7 milliard de dollars au second trimestre d'après l'avionneur. D'autant que nul expert n'imagine une reprise des vols avant 2020.Boeing table sans trop y croire sur l'automne prochain. Mais les autorités de régulation ont demandé à l'avionneur de nouveaux correctifs sur le système de décrochage mis en cause dans les crashs mortels, un nouveau défaut ayant été détecté le mois dernier. Pendant ce temps, le Congrès américain entendait des proches de victimes cette semaine. Boeing a provisionné 100 millions de dollars pour eux, indépendamment des poursuites judiciaires.

Le Boeing 737 Max, mis en cause dans deux catastrophes aériennes provoquant la mort de 346 personnes reste pour le moment cloué au sol pour une durée indéterminée. Aucune date n’a été décidée pour sa remise en service lors de la réunion au Texas des autorités mondiales de l’aviation civile. Mais des experts estiment qu’il peut voler à la fin de l’été au moins pour les compagnies américaines.

Les incertitudes entourent la remise en service du 737 MAX, l’avion-phare du constructeur américain immobilisé au sol depuis le 13 mars. Les représentants des 33 pays où étaient en service les 737 MAX n’ont fait qu’échanger des informations et surtout poser des questions à la FAA, l'agence fédérale de l'aviation.

Cette dernière n’a communiqué aucune date pour le retour dans les airs de l’avion. Mais l’agence Reuters révèle qu’il pourrait être remis en service aux États-Unis dès la fin du mois de juin, citant des sources anonymes au sein de l’administration américaine de l’aviation. Si cette nouvelle se confirmait, ça serait un soulagement pour les compagnies américaines qui disposent d’une flotte importante de 737MAX, les mois de juillet et d’août sont une période clé pour le transport aérien.

Toutefois, la décision américaine ne devrait pas influencer les autres pays. Ils ont déjà fait savoir qu’ils prendront leurs propres décisions sur la mise en service de l’avion. Et cela risque de prendre plusieurs mois car rétablir la confiance va être long, estiment les experts du secteur. Les enquêtes d’opinion menées par la compagnie américaine Southwest montrent que les passagers ne sont pas prêts à monter à bord tout de suite. Et les pilotes ne sont pas disposés non plus à prendre des risques.

En attendant, cette crise coûte beaucoup d’argent à Boeing ; les 737 MAX représentaient fin avril près de 80% du carnet de commandes du constructeur américain. Ce dernier a suspendu les livraisons du 737 MAX, il devra également indemniser les compagnies aériennes et les sous-traitants pour le manque à gagner mais aussi les familles des victimes. C’est le cas des 13 compagnies chinoises: elles ont décidé de demander des dédommagements (dont les montants ne sont pas connus) à Boeing suite à l’immobilisation des avions et du non-respect des commandes. L'association chinoise des transporteurs aériens estime à 520 millions d'euros les pertes.