A bobards toute

Libération.fr

Pierre Gallio Ce retraité a longtemps été le roi des menteurs, mais peut-on vraiment croire tout ce qu’il nous raconte ?

Depuis sa retraite du service des eaux de la mairie de Nérac (Lot-et-Garonne), Pierre Gallio, 75 ans, travaille bénévolement pour le ministère du Commerce et de l’Industrie dans le secteur des métiers disparus. En fouillant dans les archives départementales, il est tombé sur un drôle de travail pratiqué sous le règne de Henri IV. «A cette époque, explique-t-il documents à l’appui, la vache folle, le sida, la grippe aviaire n’existaient pas. Les maladies étaient dues aux parasites. Les plus terribles étaient les puces. Les années de canicule, les gens se grattaient nuit et jour, dormaient très mal, s’énervaient, et cela finissait parfois par des disputes, voire des bagarres et des crimes ! Jusqu’à une nuit d’été où un habitant de Nérac trouva par hasard la solution. Alors qu’il prenait le frais après une journée des plus torrides, il se déshabilla dans l’herbe auprès de ses vêtements remplis de puces. Apercevant un vers luisant, il le prit et le posa sur son ventre. A sa grande surprise, il vit alors les puces attirées par la lumière du vers luisant, se mettre à sauter sur son ventre, et notre homme, dans un réflexe naturel, les tua toutes les unes après les autres. Dès le lendemain, il renouvela l’expérience avec succès sur les membres de sa famille, les amis et les voisins. La nouvelle se répandit comme une traînée de poudre au point qu’il ne faisait plus que ça, l’obligeant même à embaucher ! C’était devenu un métier reconnu et inscrit dans les registres du travail sous le nom de "dépuceleur". Jusqu’au jour où un riche vigneron bordelais lui amena sa fille promise à un seigneur de la région. La nuit venue, Jeannot, l’un de ses ouvriers, déposa les vers luisants sur le corps dénudé de la future mariée. Et ce qui devait arriver arriva ! Lors de la nuit de noces, se rendant compte que son épouse n’était plus vierge, le marié fit un (...) Lire la suite sur Liberation.fr

Depuis Nusrat, le Pakistan reste sans voix
Oxmo Puccino
Clément Benech et Oxmo Puccino
Clément Bénech et Oxmo Puccino : «Personne n’a envie d’être un prince charmant !»
Manchester by the sigle

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages