BNP PPF rattrapée par ses prêts toxiques en francs suisses

Libération.fr
Photo Marcus Moller Bitsch pour «Libération»

Le parquet a demandé le renvoi en correctionnelle d’une filiale de BNP Paribas. Selon son réquisitoire, auquel «Libération» a accédé, la «pratique commerciale trompeuse» sur son produit Helvet Immo serait établie.

C’est un tournant décisif dans l’affaire des prêts toxiques opposant des centaines d’emprunteurs à BNP Paribas Personal Finance (BNP PPF ).

Six ans après les premières plaintes, le parquet vient de demander le renvoi devant le tribunal correctionnel de cette filiale à 100% de BNP Paribas, pour «pratique commerciale trompeuse». En cause : la mise sur le marché, entre 2008 et 2010, des prêts controversés baptisés «Helvet Immo», ayant pour particularité d’être octroyés en francs suisses mais remboursables en euros.

Une caractéristique qui a mis sur la paille plus de 4 500 emprunteurs, pour un montant global supérieur à 700 millions d’euros. «La pratique commerciale trompeuse est parfaitement établie», souligne le parquet dans un réquisitoire accablant, auquel Libération a eu accès. Le document pointe également le rôle de trois personnes, dont François Villeroy de Galhau, ancien PDG de BNP PPF, actuellement patron de la Banque de France.

Tout commence en 2008, dans un marché sinistré par le krach boursier et la crise des subprimes. Présenté comme un «produit complexe et original», le prêt Helvet Immo doit permettre de relancer l’activité de BNP PPF sur le marché des prêts immobiliers.

Une «question de survie commerciale», comme l’expliquera plus tard aux juges un des cadres de la banque. Deux groupes de travail sont alors mis en place au sein de la filiale de BNP.

Le premier est chargé de la commercialisation du produit, tandis que le second planche sur les arguments de vente destinés aux équipes de commerciaux. Car pour écouler ses prêts, la banque s’appuie sur un vaste réseau d’intermédiaires formés par ses soins et n’hésite pas à sortir les gros moyens : 60 000 supports de vente sont préparés à l’attention de 720 apporteurs d’affaires.

Etrangetés.

Très vite (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

L’assistant parlementaire ne faisait pas l’apologie du terrorisme
Tu mitonnes !
Duquesnoy, celui qui dit gnon
Le Vélib change de braquet
Télé Retour des «Minikeums» en septembre

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages