BMW se dit à nouveau porté par des vents favorables après la crise de 2020

par Nick Carey
·2 min de lecture
BMW SE DIT À NOUVEAU PORTÉ PAR DES VENTS FAVORABLES APRÈS LA CRISE DE 2020

par Nick Carey

LONDRES (Reuters) - BMW a déclaré jeudi être de nouveau sur la voie de la rentabilité en 2021, après s'être remis des fermetures d'usines et de la chute des ventes dues à la pandémie de coronavirus au premier semestre de l'année dernière.

Le constructeur automobile allemand a déclaré qu'il proposerait cinq modèles de véhicules entièrement électriques cette année alors que, comme le reste du secteur, il s'efforce de s'adapter au durcissement des normes d'émissions de CO2 en Europe et en Chine.

Le secteur automobile s'attendait à une année désastreuse en 2020 avec la crise sanitaire mais il s'est redressé plus rapidement que prévu grâce au rebond du marché au deuxième semestre, sous l'impulsion de la Chine.

"Notre performance au cours du second semestre de l'année a démontré la force du groupe BMW(...) nous avons rapidement surmonté l'impact des fermetures d'usines et des confinements aux niveaux nationaux qui ont duré des semaines", a déclaré le président du directoire, Oliver Zipse. "Nous commençons 2021 revitalisés et portés par des vents favorables."

Les ventes annuelles de BMW en Chine ont augmenté de 7,4% par rapport à 2019, compensant en grande partie la baisse enregistrée dans d'autres régions.

Son concurrent dans le haut de gamme Daimler a également profité de la demande des consommateurs chinois et enregistré un bénéfice avant impôts sur l'ensemble de l'année.

Quant à Volkswagen, son bénéfice annuel a baissé moins que prévu, toujours sous l'impulsion des consommateurs chinois désireux de s'offrir des véhicules de la marque Audi.

BMW a déclaré qu'à l'exception du deuxième trimestre, il était resté rentable tout au long de l'année 2020.

Le constructeur bavarois a réalisé un bénéfice annuel avant impôts de 5,2 milliards d'euros, soit une baisse de près de 27% par rapport à 2019.

(Nick Carey, version française Anait Miridzhanian, édité par Bertrand Boucey)