BMW compte bien continuer à travailler avec Toyota

fr.info@motor1.com (Yann Lethuillier)
·2 min de lecture
BMW Z4
BMW Z4

L'entreprise allemande souhaite étendre son partenariat avec Toyota au-delà de l'accord conclu jusqu'en 2025.

Comme vous n'êtes sûrement pas sans le savoir, BMW et Toyota noue un partenariat technique concernant deux produits : la BMW Z4 et la Toyota Supra. Les deux modèles reposent sur les mêmes bases techniques et embarquent et le même six cylindres 3,0 litres issu de la banque d'organes bavaroise.

Dans une récente interview accordée au média allemand Automobilwoche, le patron de BMW, Oliver Zipse, a évoqué la future stratégie concernant la synergie entre BMW et Toyota. Il a notamment fait référence aux résultats des travaux menés sur le duo de sportives précité, mais aussi sur un partenariat plus poussé qui pourrait voir le jour concernant le développement de voitures à hydrogène.

Même s'il n'est pas envisageable pour BMW aujourd'hui d'abandonner le segment des voitures de sport, la marque est parfaitement consciente qu'il y aura une profonde mutation du secteur d'ici les années à venir. Cette mutation pourrait donner lieu à quelques changements au sein des gammes, notamment pour certains produits comme les roadsters et les coupés sportifs, plus vraiment dans l'air du temps.

Par conséquent, malgré le partenariat technique lié avec Toyota, BMW s'oriente vers quelque chose de plus rationnel et les perspectives d'avenir du Z4 s'amenuisent au rythme où les normes environnementales s'accumulent. Le Z4 étant sur un marché de niche à l'échelle des ventes de la marque, les priorités de BMW sont ailleurs et le roadster bavarois pourrait être amené à prendre sa retraite à la fin de la carrière de la génération actuelle. Avant peut-être de revenir sous une autre forme et avec de nouvelles motorisations d'ici quelques années ?

BMW souhaiterait étendre son partenariat technique avec Toyota bien au-delà de 2025 comme initialement prévu, et bien au-delà évidemment du simple développement de voitures sportives. Oliver Zipse espère notamment un petit coup de pouce du législateur pour le développement de la voiture à hydrogène avant, pourquoi pas, d'entamer les grandes manœuvres avec Toyota, qui s'intéresse également de près à cette énergie.

À lire aussi