Blueberry, Cobra, Lupin III... ces personnages de BD et de manga inspirés par Belmondo

·4 min de lecture
Cobra, Belmondo et Blueberry - Gaumont - Dargaud
Cobra, Belmondo et Blueberry - Gaumont - Dargaud

Figure emblématique du cinéma français, Jean-Paul Belmondo avait inspiré une demi-douzaine de créateurs de BD. Celui qui fut selon le spécialiste de Hergé, Benoît Peeters "le seul et vrai Tintin" du cinéma dans L'Homme de Rio de Philippe de Broca a prêté ses traits à plusieurs héros célèbres de la culture populaire, du lieutenant Blueberry de Jean Giraud et Jean-Michel Charlier au pirate de l'espace Cobra de Buichi Terasawa. Des personnages rebelles et charmeurs, à l'image des héros que "Bébel" incarnait au cinéma.

Alors que la Nouvelle Vague bat son plein et qu'une nouvelle manière de faire de cinéma - et donc de regarder le monde - émerge, le dessinateur Jean Giraud a la géniale intuition en 1965 de donner au lieutenant Blueberry les traits rugueux de l'acteur. Du jamais vu dans la BD franco-belge de l'époque, où les héros ressemblent le plus souvent à des adolescents sans âge.

Cette idée avait pour ambition d'apporter une dimension supplémentaire au personnage de Blueberry et le relier "à la dimension tragique, révolutionnaire, transgressive que Belmondo endossait avec son physique, sa façon de jouer et ses choix de metteurs en scène, avait expliqué en septembre 1999 Jean Giraud au spécialiste du 9e Art Gilles Ciment. En dessinant Belmondo en héros, Jean Giraud voulait aussi agir pour la légitimité de la bande dessinée:

"C'était aussi une façon de faire entrer la bande dessinée dans son époque, car elle était alors enfermée dans le ghetto culturel qu'était la littérature pour adolescents, où jamais n'intervient la réalité contemporaine. Le scénariste, Jean-Michel Charlier, y a été sensible, lui qui était l'auteur de Tanguy et Laverdure, série située dans l'armée française, ce qui était une vraie idée."

Blueberry a conservé les traits de Belmondo jusqu'au milieu des années 1970, époque à partir de laquelle le personnage évolue en cousin éloigné de Charles Bronson dans Il était une fois dans l'Ouest de Sergio Leone. Puis Giraud l'a complètement remodelé pour en faire son propre personnage. Ami de Giraud, Gotlib avait aussi caricaturé Belmondo dans Les Dingodossiers.

Héros de BD érotiques

On retrouve également Jean-Paul Belmondo sous le nom de Goldrake dans des fumetti (BD italiennes) signées Renzo Barbieri et Sandro Angiolini. Là encore, il s'agit des aventures d'un espion ultra-viril dans la lignée de James Bond. Le nom du personnage est une contraction de Goldfiger, célèbre méchant de James Bond, et de Mandrake le magicien, héros des années 1930.

Dans un genre proche, mais plus érotique, l'acteur prête aussi ses traits à Goldboy, héros de BD publiées chez Elvifrance dans les années 1970. "À l'image de Belmondo, Goldboy est un homme d'action accompli qui effectue cascades et scènes de combats avec une grâce à en faire pâlir les maîtres d'arts martiaux", résume dans un thread publié sur Twitter l'internaute Meowcate.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

La bouille moqueuse de Belmondo a aussi inspiré le dessinateur japonais Monkey Punch pour son célèbre personnage de Lupin III, gentleman cambrioleur machiavélique et un brin érotomane. La sortie le 15 septembre de son premier recueil disponible en langue française (aux éditions Kana) devrait permettre de redonner ses lettres de noblesse à ce personnage.

Une icône au Japon

Toujours au Japon, Belmondo a inspiré en 1978 le mangaka Buichi Terasawa qui débute dans les colonnes du Weekly Shōnen Jump sa série Cobra. Comme beaucoup, c'est sa nonchalance dans le film de Godard A bout de souffle qui l'a marqué à jamais. Comme il l'avait raconté en 2016 lors de la Monaco Anime Game International Conférences, il l'avait préféré à Alain Delon, dont il n'appréciait pas le "sale caractère":

https://www.youtube.com/embed/k98esvB9E40?rel=0"J’ai adoré ce côté hyper léger, désinvolte et libre du personnage joué par Belmondo. L’acteur y est évidemment pour beaucoup, mais c’est également le scénario très bien écrit du film, et le traitement du personnage qui m’ont plu [...] Belmondo y fait des choses totalement 'délirantes' d’un point de vue japonais, comme soulever les jupes des femmes dans la rue ou se fermer lui-même les yeux avant de mourir. Quelle légèreté dans la façon d’approcher la mort, un sujet si sérieux chez nous!"

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles