Si seulement...

Déjà que les hordes de drones humains qui écrivent des SMS tout en marchant dans la rue étaient depuis longtemps des dangers publics, nous voyons maintenant apparaître un danger nouveau genre.

Je parle bien sûr de ces gens qui ne peuvent résister à faire usage des médias sociaux en plein trottoir. Nul doute qu’un statut Facebook du genre «Je marche sur Saint-Denis» fera avancer l’humanité, mais l’écrire tout en marchant peut être chiant pour autrui, voire carrément dangereux pour la santé physique de l’heureux élu du 2.0.

Un artiste américain en a eu assez de ces narcissiques qui ne savent pas vivre en société. Début septembre, Jay Shells a lancé son troisième projet de faux panneaux de la toute autant fausse «Metropolitan Etiquette Authority», ou l’«Autorité de l’étiquette urbaine».

En avril 2010, Shells avait placardé le métro de New York d’affiches encourageant les usagers à ne pas agir en cochons mal élevés et, un mois plus tard, avait récidivé en enjoignant les propriétaires de chiens à ramasser les crottes de leurs bêtes au moyen d’une affiche accompagnée d’un distributeur de sacs en plastique.

Cette fois, l’artiste s’attaque à d’autres comportements qu’il souhaiterait voir modifiés. Deux nous ont particulièrement interpellés: bien sûr, le panneau qui demande aux gens de cesser d’utiliser Facebook en marchant et également celui où il est inscrit «Relève tes pantalons; personne ne veut voir tes sous-vêtements».

En cette ère du skinny jeans et autres tares de la mode urbaine, chaque métropole devrait avoir des centaines d'affiches du genre.

Jay Shells a placé ses panneaux un peu partout dans Manhattan, comme vous pouvez le constater dans la vidéo suivante.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles