Ottawa : interdiction de parler des changements climatiques

paul_therrien

Ottawa interdit aux météorologues travaillant pour l'État de discuter de l'influence des changements climatiques sur des événements météo spécifiques.

Les scientifiques d'Environnement Canada doivent s'en tenir à leur domaine d'expertise, selon le service météorologique du Canada. Les questions concernant les changements climatiques et les tendances à long terme devraient être adressées aux climatologues ou autres experts appropriés ; non pas aux météorologues.

En 2006, peu de temps après l'élection de Stephen Harper comme premier ministre, le gouvernement canadien a interdit à ses chercheurs de parler aux médias sans avoir son consentement.

Depuis, il y a eu une baisse de 80% de la couverture médiatique concernant les changements climatiques, selon des documents internes d'Environnement Canada.

Les météorologues d'Environnement Canada peuvent être contactés sur une ligne-média 24 heures par jour. Il n'y a pas de contrôle politique directe sur l'accès des journalistes à ces experts.

Les météorologues peuvent donc parler de la météo active, mais ils n'ont pas le droit de discuter de l'influence des changements climatiques sur ce phénomène.

Malgré tout, la consigne ne semble pas très claire entre ce qui est permis et interdit... René Héroux, météorologue à Environnement Canada, a été surpris par la sortie de cette nouvelle. «Quelqu'un m'a montré un article à ce sujet… Si ce n'était de cela, je n'aurais pas su de quoi il s'agissait lors de votre appel», a-t-il dit à Yahoo.

Il affirme ne pas avoir eu de consigne directe venant du gouvernement Harper l’interdisant de parler des changements climatiques. Néanmoins, il juge que cela va de soi qu'un scientifique ne doit pas parler aux médias de sujets à l'extérieur de son domaine d'expertise.

«Lorsqu'il s'agit d'une question pointue, il est normal de relayer la demande à un spécialiste», souligne M. Héroux.

Le météorologue rappelle qu'il répond depuis longtemps aux questions des journalistes au sujet d'événements météo particuliers, mais qu'il est rare qu'on lui fasse des demandes concernant les changements climatiques. «Ce n'est pas le genre de questions qu'on me demande. Lorsque la météo fait les manchettes [les changements climatiques] n’est pas le but de l'appel du journaliste.»

L'expert en météorologie ajoute que cela ne serait pas nécessairement litigieux en soi de parler des changements climatiques de manière générale, car il est évident que «le climat s'est réchauffé».

Source : IFLScience

Suivez @PaulTherrien sur Twitter