Mosquées vandalisées: ce que dit la communauté musulmane

Mosquées vandalisées: ce que dit la communauté musulmane

Durant la fin de semaine, quatre mosquées ont été vandalisées au Québec.

À St-Jean-sur-Richelieu, une roche a été lancée à travers la fenêtre du Centre culturel Al-Imane, et près de la Ville de Québec, le message «Islam hors de chez moi» a été laissé sur trois lieux de culte.

Des affiches avaient été posées sur les portes avant de la Mosquée de la Capitale (Ville de Québec), de la Mosquée de Québec (Limoilou) et du Centre culturel islamique de Québec (Sainte-Foy). Le groupe «Québec identitaire» se serait attribué ce geste puisque le nom était écrit les affiches.

La Mosquée de la Capitale a sorti une vidéo montrant deux personnes se précipitant jusqu’au monument dans le noir, affichant les posters, et s’enfuyant en courant.

Le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) enquête pour savoir si ces actes seront considérés comme criminels.

Dans un communiqué, l’Association des musulmans et des arabes pour la laïcité au Québec (AMAL-Québec) et Groupe Medias Maghreb Montréal condamnent ce qu’ils considèrent comme des «actes haineux» puisqu’ils «s’inscrivent dans une longue série de gestes et d’actes islamophobes survenus au Québec depuis l’an dernier».

Haroun Bouazzi, le porte-parole de l’AMAL-Québec, a parlé à Yahoo! Québec de la situation.

Expliquez-nous votre position face au vandalisme des mosquées?

Actuellement, on est vraiment inquiets à court terme de la sécurité entourant les lieux de culte musulmans au Québec. Mais on est surtout inquiets de voir se produire un phénomène beaucoup plus large que ce qui s’est passé dans les derniers jours, un phénomène exponentiel depuis les 12 derniers mois d’actes haineux contre la présence des Musulmans et des mosquées au Québec.

Les actes haineux vont au-delà du vandalisme des mosquées?

Concernant les mosquées, ça a commencé avec le sang de porc qui a été jeté sur la mosquée au Saguenay [à la fin août]. Il y a une mosquée à Montréal qui a aussi été vandalisée à plus d’une reprise: la dernière fois, ils ont attrapé quelqu’un avec un cocktail Molotov [en avril et en mai]. Il y a aussi une boucherie halal qui a été vandalisée trois fois de suite du côté de Sherbrooke, entre autres à l’aide d’une arme artisanale et de balles de plomb [en janvier et en février]. Ils ont cassé la devanture.

L’année dernière, pendant le débat sur la Charte [des valeurs québécoises], on a eu beaucoup de cas de femmes qui portaient le foulard islamique et qui se sont fait cracher dessus alors qu’elles marchaient dans la rue. Sans compter tout ce qui se passe sur les réseaux sociaux et même sur les médias conventionnels, les prises de parole racistes et haineuses islamophobes totalement débridées. On est clairement devant un phénomène de société qu’il va falloir étudier sérieusement et auquel il faudra apporter des réponses qui ne sont pas seulement d’ordre sécuritaire, mais liées à des campagnes de sensibilisation et d’éducation.

Que planifiez-vous faire comme type de campagne?

Nous, on considère que c’est le rôle de l’État de prendre ce genre d’action. Tout comme le Québec a réussi, même si ce n’est pas parfait, à contrer l’homophobie dans notre société à travers des campagnes de sensibilisation, qu’elles soient médiatiques ou à travers les réseaux de santé publics et les réseaux éducatifs, les écoles, les cégeps, etc. De notre côté, on est entrés en contact avec beaucoup d’associations musulmanes, mais pas seulement musulmanes. À court terme, on va demander une rencontre avec [Philippe] Couillard pour essayer de faire partie de la solution et de proposer des pistes concernant cette problématique.

M. Couillard avait déjà pris contact avec quelques représentants de la communauté au lendemain des actes criminels [en octobre] à Saint-Jean-sur-Richelieu et au Parlement canadien. Alors, on espère que cette collaboration ne s’arrêtera pas là.

Est-ce que ça veut dire que les actes de vandalisme ne sont pas des cas isolés?

Ce sont peut-être des cas isolés. Mais il y en a tellement qu’il faudrait savoir si ce sont des réseaux organisés qui sont derrière ces gestes. On est possiblement devant des embryons de groupes d’extrême droite inspirés d’idéologie étrangère et il faudrait arrêter les embryons avant que le phénomène devienne plus global et mieux organisé. On peut voir une inspiration de l’extrême droite européenne, comme en France, en Belgique, aux Pays-Bas ou en Allemagne, tel que le suggère le nom du groupe «Québec identitaire». Il y a des groupes néonazis en Europe qui vandalisent des lieux de culte ou agressent des gens dans la rue.

Autre chose à ajouter?

On voudrait que tous les élus (Parti libéral, PQ, CAQ, Québec solidaire) aillent à la rencontre des communautés musulmanes dans les prochains jours pour les rassurer, pour qu’elles sentent qu’elles font partie de la nation québécoise, tout comme nos concitoyens québécois d’autres confessions ou qui ne sont pas croyants, et qu’il n’est pas question d’accepter des actes haineux à leur égard.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles