Les Québécois plus conservateurs qu'on le pense?

image

Agence QMI

Le parti conservateur doit jubiler: la journaliste-présentatrice de TVA Pascale Déry se lance en politique et briguera l’investiture du Parti conservateur dans la circonscription de Mont-Royal en vue des prochaines élections générales. Et voilà que le député caquiste de Chauveau, Gérard Deltell, s’apprête quant à lui à sauter dans l’arène fédérale, nous apprend La Presse.

Pour l’instant, le parti conservateur n’est encore jamais parvenu à faire élire un député à Montréal. La venue de Pascale Déry représente donc un vent d’espoir pour un parti dont la cote de popularité n’est pas très haute au Québec. Mais se pourrait-il que les Québécois soient plus conservateurs qu’on ne le croit? Avec des percées au fédéral et la popularité de l’ADQ, puis de la CAQ, au provincial, se pourrait-il que les valeurs conservatrices soient plus implantées que ne le présument les critiques du gouvernement Harper? C’est la thèse qu’avait d’ailleurs mis de l’avant le ministre conservateur Denis Lebel lors d’une tournée pré-électorale, cet été.

«En général, les gens sont quand même très attachés au modèle québécois», avance pour sa part Guillaume Hébert, diplômé en science politique et chercheur à l’institut de recherche et d’informations socio-économiques. «La seule exception notable, c’est dans le domaine de la santé, où les Québécois démontrent un intérêt pour la privatisation du système», dit-il. Ailleurs au Canada, les gens sont plus fortement attachés au système public gratuit.

Reste que le parti conservateur, de même que ses politiques, ne fait pas l’objet d’un accueil chaleureux au Québec. «À ce niveau, je doute qu’une candidature-vedette y change grand-chose», dit Guillaume Hébert.

Les prochaines élections fédérales auront lieu au plus tard le 19 octobre prochain.

De l’ADQ à la CAQ

Fait intéressant toutefois, la popularité de la CAQ est moindre que celle de l’ADQ, son ancêtre, du temps du dossier des accommodements raisonnables. «Au début, l’ADQ était une droite d’affaires. Le parti est surtout devenu populaire quand Mario Dumont a introduit le discours identitaire», rappelle le chercheur de l’IRIS. Or, la CAQ a changé au fil des ans, revenant essentiellement à son esprit de droite économique. Et perdant du même coup une partie de sa popularité.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles