12 choses que vous ne saviez peut-être pas sur Jésus

Mélanie Alain

Noël est probablement la fête la plus populaire de l’Occident. Toutefois, pour beaucoup, la sphère commerciale des festivités a remplacé la composante religieuse.

Mais si la Navidad est supposée célébrer la naissance de Jésus, que savez-vous réellement de celui qui est pourtant l’une des superstars les plus connues à travers le monde?

Si vous êtes comme moi, vous tenez probablement la majorité de vos informations des extraits choisis par vos professeurs lors des cours de catéchèse ou de la télésérie Jésus de Nazareth que votre famille regardait à toutes les Pâques.

Que vous soyez croyant ou non, voici douze affirmations au sujet du personnage central des Évangiles dont vous n’avez peut-être jamais entendu parler jusqu’à aujourd’hui puisque, avouons-le, peu d’entre nous adoptons la Bible comme table de chevet.

[Lire aussi: Jésus a-t-il existé? Un chercheur dit que non.]

image

(Photo Hans/Pixabay)

1) Jésus le frérot

Jésus n’était pas enfant unique. Les Évangiles de Marc et de Matthieu dans la Bible mentionnent quatre frères (Jacques, Josè [ou Joset ou Joseph], Jude et Simon), ainsi que des sœurs, indique Sébastien Doane, chargé de cours à la Faculté de théologie et de sciences des religions de l’Université de Montréal, et doctorant à l’Université Laval.

Mais un des frères est plus important que les autres dans les écrits. «Jacques va devenir le premier évêque de Jérusalem, le leader des Chrétiens après la résurrection de Jésus. On l’appelle toujours le “frère du Seigneur”. Les Actes des apôtres et les lettres de Paul en parlent. Même Flavius Josèphe, un auteur non chrétien, un historien juif qui travaille pour les Romains, va parler du martyr de Jacques qui s’est fait lapider pour sa foi.»

Les noms des sœurs, eux, ne sont pas mentionnés. «À cette époque, la société était très patriarcale. Quand il y a des listes généalogiques, on parle des hommes et les femmes, on fait comme si elles n’existaient pas.»

image

(Photo tpsdave/Pixabay)

2) La virginité de Marie n’est pas claire

Selon Sébastien Doane, aucun texte ne parle de virginité perpétuelle de la mère de Jésus. Tout est donc laissé à l’interprétation du lecteur. «Il y a deux chapitres dans l’Évangile de Matthieu et deux chapitres dans Luc où l’on va parler de la naissance de Jésus.»

Comme ces mêmes textes affirment que Jésus avait des frères et sœurs, on peut penser que Jésus a été le premier enfant et que Marie a enfanté plusieurs autres fois par la suite, indique M. Doane.

En fait, l’Église catholique a ajouté des dogmes bien après l’écriture des textes bibliques. Le dogme de la virginité perpétuelle de Marie, lui, a été adopté depuis le 6e ou 7e siècle. Pourtant, «Marie n’est pas une sainte pure. C’est une famille normale», relativise l’expert en théologie.

Pour continuer à croire à la virginité de Marie, les Catholiques ont préféré voir les frères de Jésus comme des cousins. «C’est vrai que dans cette société, la fraternité était très large. Dans l’Ancien Testament, le mot “frère” peut désigner un paquet de choses.»

L’Église orthodoxe, elle, choisira plutôt de dire que ce sont des demi-frères de Jésus, les enfants de Joseph d’un premier mariage. Elle se base sur un texte apocryphe (hors Bible), le Proto-Évangile de Jacques, pour en arriver à cette conclusion, explique M. Doane.

image

(Photo Luanne_Pixabay)

3) Problème de traduction: «Tous les Chrétiens sont nés de l’Esprit»

Une des ambiguïtés concernant la virginité de Marie provient du fait que dans la Bible, l’ange Gabriel dit à Joseph que l’enfant de Marie vient du Saint-Esprit.

«Sauf qu’il y a plein d’autres endroits dans la Bible où l’on parle d’une personne engendrée par l’Esprit saint sans nécessairement dire qu’elle est née par conception virginale, rapporte Sébastien Doane. Par exemple, dans l’Ancien Testament, on dit qu’Isaac était né de l’Esprit. Et dans l’Évangile de Jean, on écrit que tous les Chrétiens sont nés de l’Esprit.»

L’interprétation semble en fait liée à une question de traduction. «[L’Évangile de] Matthieu se réfère à un texte de l’Ancien Testament qui dit: “La vierge concevra et enfantera un fils auquel on donnera le nom d’Emmanuel”, qui veut dire “Dieu avec nous”. Sauf que si on retourne au texte, on se rend compte que ce n’est pas une vierge, mais une jeune fille.»

En effet, dans la Bible, le mot grec Parthenos peut autant se traduire par «vierge» que par «jeune fille». Un lecteur interprétera donc le texte à sa guise.

image

(Photo Didgeman/Pixabay)

4) Jésus le rebelle

Jésus déstabilisait non seulement les autorités politiques et religieuses, mais aussi sa famille et son village. «Il est en train de changer l’ordre des choses. Il est supposé être charpentier, travailler chez eux et prendre la place de son père. La famille est aussi surprise que les autres habitants de Nazareth qui ne comprennent pas qu’un fils de charpentier se mette à prophétiser et accomplisse des actes de guérison», raconte Sébastien Doane.

Dans l’Évangile de Marc, «quand Jésus va prêcher à la synagogue de Nazareth, sa mère et ses frères viennent l’en empêcher. Ils disent qu’il a perdu la raison. Jésus répond “Qui sont mes frères? Qui est ma mère?” et il désigne ses disciples comme étant sa famille. La famille était très importante à l’époque, mais il brise toute cette hiérarchie en devenant prédicateur itinérant.»

«Quelques chapitres plus tard, quand il revient à Nazareth, les gens qui le connaissaient ne veulent pas croire que c’est lui qui a accompli tous ces miracles. De là le verset qui dit: “Nul n’est prophète dans son pays, dans sa maison et dans sa famille.”» (Ou encore: «Un prophète n’est méprisé que dans son pays, sa famille et sa propre maison.»)

Mais éventuellement, il semble qu’il y ait eu une conversion de la famille. «Dans les Actes des apôtres, après la résurrection, Marie et les frères de Jésus se retrouvent avec les apôtres. Par la suite, Jacques prendra un rôle très important dans la communauté à Jérusalem.»

image

(Photo Nemo/Pixabay)

5) Jésus aurait-il déjà tué?

Dans l’Évangile de Jacques, il est raconté que Jésus tue un enfant avec qui il joue. Mais puisque sa mère lui dit que ce n’est pas bien, il ressuscite l’enfant.

«L’auteur de cet Évangile est un conteur qui rapporte beaucoup de choses “merveilleuses”. C’est probablement pour ça que ce texte apocryphe a été mis de côté, parce qu’il y a une certaine enflure», croit M. Doane.

Pourquoi avait-il été écrit? «Ce texte voulait montrer que la puissance de Jésus dès sa naissance. Comme enfant, il accomplissait déjà des actes miraculeux.»

image

(Photo Basti93_Pixabay)

6) Devrait-on vraiment être en 2014?

«Tous les textes sur la naissance de Jésus sont plutôt tardifs. Les textes de Paul, l’Évangile de Marc ne parlent pas de la naissance de Jésus. Les premières traductions mettaient l’accent sur la résurrection. Avec le temps, les Chrétiens ont évalué qu’ils devaient donner beaucoup plus d’importance à sa naissance que les Chrétiens du 1er siècle l’avaient fait», avance M. Doane.

Or, «en ce qui concerne la date, Luc et Matthieu disent que Jésus est né sous le roi Hérode Le Grand qui, pourtant, est décédé en l’an 4 avant notre ère. Donc, Jésus serait né en l’an -4 avant lui-même au maximum.»

Avant, on comptait les années à partir de la personne au pouvoir, rappelle le théologien. Mais quand il a été décidé au début du Moyen Âge qu’on les compterait à partir de Jésus, une erreur de calcul s’est produite. Même chose pour la date de sa mort. «Si on se fie à Matthieu et à Luc, certains vont dire que sa mort était autour de l’année 27.»

Il ajoute: «C’est normal. La plupart des gens de l’Antiquité ne connaissaient pas leur date de naissance. Ce n’était pas souligné.»

image

(Photo jh146/Pixabay)

7) Jésus a-t-il vraiment ressuscité à Pâques?

Denys le Petit a établi la datation au début du Moyen Âge pour le calendrier grégorien tel qu’on le connaît, explique Sébastien Doane. En se fiant aux écrits bibliques et en calculant les jours et les mois avec le calendrier lunaire juif de l’époque de Jésus, les spécialistes ont essayé de voir quand il avait pu mourir et ressusciter, donc «voir quand il y aurait un vendredi qui serait le jour de la Pâque. Ce n’est pas évident. Dans Matthieu, Marc et Luc, le dernier repas est un repas pascal qui a lieu le jeudi et dans Jean, il n’y a pas de repas pascal. Jésus meurt juste avant la Pâque. Même chose dans le Nouveau Testament, il y a des différences d’interprétation sur la date de la mort.»

image

(Photo casualeye/Pixabay)

8) Jésus l’époux?

(Attention spoiler!) Si vous avez lu ou vu le film Le Code Da Vinci de Dan Brown, vous savez qu’une hypothèse émise par les Illuminati indiquait que Jésus aurait peut-être été marié à Marie-Madeleine.

Mais trouver une preuve d’un mariage pour Jésus dans les écrits de son époque n’est pas facile. «C’est beaucoup plus compliqué à prouver, contrairement aux frères de Jésus pour qui on en parle dans les livres du Nouveau Testament. On ne retrouve pas d’extraits qui pourraient laisser entendre de Jésus avait une femme. Mais dans le fond, les Évangiles ne sont pas des biographies: 90% de ce qui est écrit traite du ministère de Jésus qui se passe en un an dans Luc, Matthieu et Marc et en trois ans dans l’Évangile de Jean. Ces textes ne s’intéressent pas au statut marital de Jésus.»

«Mais à l’époque, presque tous les hommes de Palestine de descendance juive étaient mariés, donc certains diront que Jésus devait l’être. D’autres diront que certains prophètes de l’Ancien Testament restaient célibataires comme geste prophétique. Jésus a aussi eu une parole énigmatique: “Il faut être eunuque pour le Royaume des Cieux.” Ce que ça veut dire? Je ne sais pas. Mais ça ne veut pas dire qu’il croyait qu’il fallait rester chaste.»

«Il y a une Évangile apocryphe, l’Évangile de Philippe, que Dan Brown mentionne. Certains vont l’interpréter pour dire que Jésus avait une préférence pour Marie-Madeleine. C’est difficile de dire si c’est une réalité historique puisque ce texte a été écrit plusieurs siècles après.»

M. Doane admet toutefois que pour l’époque, l’attitude de Jésus envers les femmes était potentiellement scandaleuse. «Il n’a pas peur d’être proche des femmes, de se laisser toucher les pieds par les cheveux d’une femme en public. Ça ne se faisait pas. Jésus était très libre par rapport à ça; il mettait de côté les conventions sociales et les tabous. L’important était d’aller vers les personnes exclues.»

image

(Photo Republica/Pixabay)

9) Lien entre la Bible et le Coran

Il y a une certaine continuité entre la Bible et le Coran. Notamment, Jésus et Marie sont mentionnés dans le Coran, mais on y parle de Jésus comme d’un prophète. Dans le Coran, le prophète Mohammed (ou Mahomet) est également inspiré par l’ange Gabriel, celui-là même qui aurait annoncé la naissance de Jésus.

«Le Coran reprend beaucoup des histoires de l’Ancien et du Nouveau Testament», confirme Sébastien Doane.

image

(Vestiges d’une maison à Capharnaüm attribuée à l’apôtre Pierre)

10) La maison de Pierre

Même si Jésus est un prédicateur itinérant qui va de village en village, selon M. Doane, certains textes mentionnent une maison à Capharnaüm, un village du 1er siècle au nord de Galilée, qui aurait probablement appartenu à son apôtre Pierre. «Il y a plusieurs récits à Capharnaüm, où Jésus accomplissait son ministère. Alors, on se dit que lui et ses disciples restaient probablement là.»

À Capharnaüm, des experts ont en effet retrouvé une petite église octogonale des premiers siècles après Jésus, qui a été construite au-dessus d’une maison du 1er siècle. «Si les premiers Chrétiens ont fait une église autour de cette maison, peut-être que c’était la fameuse maison de Pierre dans laquelle Jésus était très souvent.»

L’endroit est devenu un site archéologique incluant également une synagogue du 4e siècle et toutes les fondations des maisons d’un village de pêcheurs, raconte le théologien.

image

(Photo tillthiebaud/Pixabay)

11) «Tu es Pierre, et sur cette pierre, je bâtirai mon Église.»

Peut-être vous souvenez-vous avoir déjà lu ou entendu cette citation? Mais vous êtes-vous déjà demandé pourquoi le jeu de mots ne semblait pas fonctionner dans toutes les langues? En effet, si on prend l’anglais, le prénom «Pierre» se traduit par «Peter» et le mot «pierre» devient «stone». Comment résoudre cette énigme?

En fait, indique M. Doane, «le jeu de mots ne fonctionne qu’en araméen et en français. Il ne fonctionne pas en grec [la langue de la Bible] et en anglais», pour ne nommer que quelques langues.

image

(Photo condesign/Pixabay)

12) Jésus l’épicurien

Plusieurs des Chrétiens dans les siècles qui ont suivi Jésus tentait de mettre de l’avant le jeûne comme acte de contrition ou d’humilité. Toutefois, Jésus lui-même n’aurait pas vraiment suivi ce précepte.

«Une des choses drôles est qu’on accuse Jésus et ses disciples de toujours être en train de boire et de manger, alors que Jean-Baptiste et ses disciples jeûnaient. Apparemment, ce n’est pas quelqu’un qui avait peur de boire et d’avoir du plaisir. D’ailleurs, on se rappelle de lui en train de partager du vin autour d’un repas.»

«On a mis un peu de côté cet élément festif de Jésus. La réponse de Jésus face à cette attaque de ses adversaires était de dire: “Quand l’époux est à la fêtes, aux noces, on fête. Quand il n’y sera plus, on pourra jeûner”», paraphrase M. Doane.

Bon temps des Fêtes!