#AgressionNonDenoncee: l’affaire Ghomeshi entraîne une vague de confidences

#AgressionNonDenoncee: l’affaire Ghomeshi entraîne une vague de confidences

Même si les histoires de harcèlement et de violence sexuelle sont rapportées depuis longtemps dans les médias, l’affaire Ghomeshi a incité plusieurs femmes à partager leur propre histoire.

Sur Twitter, nombreuses sont celles qui ont dit avoir été violées ou harcelées ou touchées sans leur consentement, sans jamais avoir rapporté l’affaire. Le hashtag #BeenRapedNeverReported (Été violée, jamais rapporté), qui est en activité depuis le 30 octobre, tente de montrer à quel point la violence sexuelle est fréquente et vise à encourager les femmes à mettre fin à leur silence.

Les internautes sont également actifs sur la version francophone #AgressionNonDenoncee depuis ce mercredi. La Fédération des femmes du Québec dit avoir voulu créer «un espace pour permettre de briser le silence et déconstruire la culture du viol».

En parallèle, l’histoire de Julien Blanc a aussi créé un tollé sur les médias sociaux. Ce soi-disant «coach de séduction» encourage, grâce à des vidéos YouTube, les hommes à utiliser des tactiques sexistes et du harcèlement pour obtenir ce qu’ils veulent des femmes.

Une autre page Twitter nommée #TakeDownJulienBlanc («Faites tomber Julien Blanc») a été créée pour le dénoncer.

Une pétition avait même été mise en ligne pour faire annuler la conférence qu’il devait donner à Melbourne, en Australie. Elle a été signée par plus de 22 000 personnes. Les responsables de la pétition exigent aussi l’annulation de toute autre conférence de Julien Blanc.


Voici certains des commentaires relevés sur la page #AgressionNonDenoncee:

Et un dernier tweet, pour les gars...

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles