Vingt-neuvième round : le Front national est-il pas un parti républicain ?

Chaque semaine pendant la campagne, Yahoo! Actualités confronte les éditos de Rue89 et Causeur.fr sur un même thème. Cette semaine,Élisabeth Lévy de Causeur.fr et Pascal Riché, de Rue89, s'interrogent sur les propos de Nicolas Sarkozy sur le Front national.

Pourquoi le FN n'est pas un parti républicain

Pascal Riché

Libération, a fait sa une mercredi matin avec une citation de Nicolas Sarkozy : « Le FN est compatible avec la République. » Le choix de la photo illustrant cette déclaration — un visage dur de Sarkozy, en noir et blanc, façon première moitié du XXe siècle —, ne laisse pas de doute sur l'opinion du quotidien : Sarkozy a dit là une horreur.

A droite aussi, beaucoup pensent tout bas, contrairement au Président, que le FN n'est pas du tout compatible avec la République. Dans son récent livre « Le Front anti-national » (éd. du Moment, juin 2011), Nathalie Kosciusko-Morizet, actuelle porte-parole de Nicolas Sarkozy écrit ainsi :

« Il [le FN, ndlr] refuse la République. Il se met hors de la loi républicaine. Il est antirépublicain. »

Avec Marine, tout devient plus compliqué

Pendant longtemps, on ne se posait même pas la question de savoir si le FN était ou non républicain. Son leader, Jean-Marie Le Pen, donnait lui-même la réponse : par ses provocations, par ses saillies xénophobes ou antisémites, par ses odes au passé monarchique et chrétien de la France, par son entourage composé de nostalgiques de Vichy, de catholiques intégristes, ou de piliers de l'Œuvre française... Le soin qu'il mettait à éviter le mot « République » dans ses discours ne laissait pas d'ambiguïté : le Front national ne s'inscrivait pas dans l'histoire républicaine.

Avec Marine Le Pen, tout devient plus compliqué. Elle a conservé le nationalisme de son père et sa rhétorique xénophobe, mais n'hésite pas à l'enrouler dans le drapeau républicain. C'est elle qui, en 2006, a poussé son père à prononcer un discours à Valmy, lieu hautement symbolique de la Révolution. Elle qui vante sans relâche la laïcité.

A défaut de le voir disparaître du paysage, on ne peut certes que souhaiter que le FN rejoigne le giron de la République — à la manière du mouvement de l'ex-néo-fasciste Gianfranco Fini, en Italie. Mais en est-on là ? Malheureusement, on en est encore très loin, au grand malheur d'une UMP à la recherche de « compatibilités ».

La moindre des choses, pour commencer, c'est qu'un parti républicain défende les principes fondateurs de la République, à commencer par ceux qu'exprime notre devise nationale : liberté, égalité, fraternité. Tant que le fonds de commerce du FN sera le xénophobie, ce sera difficile.

Liberté ?

Marine Le Pen exalte la liberté, dont elle est, clame-t-elle, « la dernière défenseure ». Mais le programme qu'elle propose ne va pas précisément dans le sens d'une plus grande liberté. Il n'est question que d'ordre, de répression, d'interdiction... Dans le pays rêvé de Marine Le Pen, les magistrats ne pourront pas se syndiquer, les manifestations de soutien à des personnes dans l'illégalité seront interdites (sans-papiers, fumeurs de cannabis, manifestants arrêtés...) ; les binationaux devront renoncer à leur autre nationalité ; de nombreux citoyens ne pourront plus respecter leurs pratiques religieuses ou s'habiller comme ils l'entendent dans les transports en commun. Et les journalistes, à en juger par les pratiques actuelles du FN, auraient également du souci à se faire...

La laïcité découle de la liberté : c'est l'assurance de la tolérance religieuse. Marine Le Pen, elle, défend une drôle de laïcité. « L'Etat doit distinguer entre les religions », déclare-t-elle par exemple à Familles chrétiennes . Ainsi, dans la France de Marine Le Pen, on interdira les prières musulmanes dans les rue mais pas les processions du Saint-Sacrement, parce que les secondes « sont des traditions très anciennes chez nous ». En réalité, la laïcité sauce chrétienne de Marine Le Pen n'est qu'un moyen pour elle de mieux fustiger l'islam.

Egalité ?

Marine Le Pen bafoue l'idée d'égalité, par la promotion de la « préférence nationale » — qu'elle a rebaptisé « priorité citoyenne » pour que cela sonne plus « républicain ». Certes, la Déclaration des droits de l'homme parle de l'égalité entre « citoyens ». Mais à l'époque de sa rédaction, les étrangers vivant sur le sol français pouvaient très facilement accéder à la citoyenneté.

Avec Marine Le Pen, les aides sociales, les allocations familiales, les logements, les soins, l'éducation seront fournis en priorité à certains habitants : les Français. Cette approche est la négation même de l'esprit d'égalité qui soutient nos principes fondamentaux.

Fraternité ?

Marine Le Pen ne sait pas ce qu'est la fraternité. Elle distille un discours non-fraternel : un discours de discorde, de rejet de l'autre. Prenez sa proposition de supprimer le droit du sol (qui permet à des étrangers vivant en France de devenir français), pour ne conserver que le droit du sang (un enfant n'est français que si l'un de ses parents au moins est français). Elle reflète une vision ethnique de la nationalité, bien éloignée de nos idéaux. Le droit du sol — qui témoigne de l'ouverture de notre pays, sa générosité, son universalisme — est profondément républicain.

Tant que Marine Le Pen n'aura pas renoncé à la préférence nationale, à l'exclusivité du droit du sang, tant qu'elle ne condamnera pas fermement les odes à Brasillach de son père, tant qu'elle dansera avec des néo-nazis à Vienne, tant qu'elle sera obsédée par l'idée d'interdire, de réprimer, de censurer, de priver d'aide, de durcir, d'expulser, de condamner à mort... je ne pourrais la considérer comme « compatible avec la République ».
Pascal Riché

A lire aussi sur Rue89 :

Pour NKM, le FN est « le poison », un parti « antirépublicain »

La France rêvée de Marine Le Pen : son programme décrypté

Six millions et demi d'ennemis ?

Par Élisabeth Lévy

"Marine Le Pen est compatible avec la République". Que cette phrase prononcée par Nicolas Sarkozy ait été affichée en "une" de Libération sans le moindre commentaire, comme si elle devait à elle seule provoquer effroi et dégoût (1), puis qu'elle ait donné lieu à un festival de démentis, de postures et d'invectives, montre qu'il est temps que cette campagne s'achève: tous ces gens doivent être très fatigués pour qu'une telle banalité leur échauffe à ce point les sangs. Car enfin, si Marine Le Pen est incompatible avec la République, après son score de dimanche, une conclusion s'impose: la République est morte ou, à tout le moins, gravement menacée. Or, aussi criants soient ses échecs et insuffisances, nul ne s'est risqué à prononcer l'avis de décès. À l'instar du Président, on peut aussi se demander pourquoi la République tolèrerait en son sein un parti anti-républicain — qui aurait, de surcroît, été mis en selle par le seul chef de l'Etat dont le Parti socialiste ait jusque-là fait don à la France. En tout cas, si ses statuts comportaient la moindre ambigüité sur la question, il se serait assurément trouvé quelques associations pour saisir la justice.

Convenons cependant que cette démonstration par l'absurde n'est pas entièrement satisfaisante. Que le FN soit compatible avec la République ne signifie pas qu'il soit républicain. Certes, il n'est jamais sorti de la légalité républicaine — par exemple en tentant de remettre en cause dans la rue le résultat des urnes. Mais si la droite que l'on qualifiera de classique a accepté de participer à la mise en place d'un « cordon sanitaire » qui lui a valu pas mal de défaites électorales, ce n'est pas seulement, comme le soutient l'excellent Frédéric Rouvillois http://www.causeur.fr/un-seul-espoir-la-defaite,17172, parce qu'elle a lâchement cédé au chantage moral de la gauche, mais parce que les sorties de Le Pen père, sans parler de ses fréquentations déplorables et des traditions historiques dans lesquelles il s'inscrit, invitaient pour le moins à douter de son attachement aux valeurs de la République. De ce point de vue, le discours prononcé au congrès de Tours, en janvier 2011, par Bruno Gollnisch, fut sans équivoque. Il enflamma la salle (qui lui était largement acquise) en évoquant « nos morts du 6 février 1934 » et fit un tabac avec toutes les vieilles lunes de l'antiparlementarisme — il n'y manquait que la dénonciation de « la Gueuse ».

On comprend que la gauche se soit entichée d'un si précieux ennemi, du moins tant qu'il ne chassait pas trop sur ses propres terres électorales. Placer au centre du jeu un parti décrété hors-jeu revenait tout simplement à priver la droite de 10 à 15 % de ses électeurs dont les suffrages étaient en quelque sorte désactivés. Le tout en se payant le luxe d'apparaître comme le camp des valeurs contre celui du cynisme. Nul n'aurait eu le mauvais goût d'interroger le PS sur sa propre alliance avec un PCF dirigé par Georges Marchais qui resta jusqu'au bout l'homme de l'alignement sur l'URSS — qui aurait osé comparer le glorieux Parti des Fusillés à la nauséabonde extrême droite ? Le 21 avril 2002 et la défection de classes populaires peu sensibles aux oukases des sermonneurs révélèrent les limites de la manœuvre : eh les gars, ce n'est pas à nous que vous deviez piquer des électeurs !

Seulement, quoi qu'en disent les plus indécrottables des antifascistes de bazar, la victoire de Marine Le Pen change la donne. Certes, elle n'a pas changé son parti d'un coup de baguette magique. Mais en politique les discours engagent. Celui qu'elle prononça à Tours quelques heures après son rival défait était émaillé de références parfaitement républicaines, de Jaurès à la Résistance en passant par Valmy — où elle avait traîné son père il y a quelques années. On me dira qu'elle n'en pense pas moins : peut-être, mais à trop sonder les reins et les cœurs, on risque de faire des découvertes peu ragoûtantes. Et pas seulement dans les organes lepénisés.

Bien sûr, on ne se contentera pas de cette proclamation. Il faut donc examiner son programme, en tout cas ses points les plus contestés. Elle veut réduire, voire interrompre l'immigration, légale et illégale : on peut lui reprocher, au choix, son manque de générosité ou son irréalisme, mais est-il bien républicain d'ignorer que nombre de Français, y compris ceux qui ne votent pas pour elle, adhèrent à cette proposition, tout simplement parce que, dans la vraie vie, l'immigration n'est pas toujours une chance pour la France, en particulier pour les populations arrivées récemment dont l'intégration n'est pas précisément une réussite ? La préférence nationale qu'elle propose me semble personnellement de très mauvais aloi, mais il faut être crétin ou de mauvaise foi pour dire qu'elle établit une distinction entre Français. Tous les pays accordent certains droits à leurs seuls ressortissants, par exemple, celui de se présenter à la présidence de la République. Le principe n'est donc pas scandaleux en soi — rappelons qu'il donne la priorité à un Français d'origine étrangère récente sur un Américain.

On me parlera de son discours de haine, sans jamais dire à quels termes se rapporte cette qualification. J'ai détesté sa phrase sur les "Mohamed Merah déferlant sur nos côtes". Reste que des phrases détestables, on en a entendu quelques-uns au cours de cette campagne. Alors oui, on peut désapprouver la façon dont Marine Le Pen pose la question de l'islam et de son acculturation en France. On me permettra de désapprouver tout autant le silence vertueux que tant d'autres préfèrent observer sur ce sujet. La laïcité mérite peut-être d'être défendue en termes plus choisis qu'elle ne le fait, mais la gauche qui ne la défend pas du tout est mal placée pour donner des leçons sur ce terrain.

Il serait temps de comprendre que les millions de Français qui votent pour le FN ne veulent pas moins mais plus de République. Ils ont tort ? Admettons. Mais était-ce républicain de construire une Europe dans laquelle les décisions échappent largement aux élus du peuple ? Etait-ce républicain d'inventer, au nom d'une conception mécanique de l'égalité, le collège unique dont la grande œuvre aura été de tirer les bons élèves vers le bas plutôt que les mauvais vers le haut ? Etait-ce républicain de tergiverser pendant vingt ans avant d'interdire les signes religieux à l'école ? Etait-ce républicain d'encourager l'idéologie de la repentance qui légitime la détestation de la France ? Etait-ce républicain de prôner l'ouverture à tous les vents de la mondialisation, qu'elle fût économique ou culturelle ? Etait-ce républicain de décréter que dans les écoles de Strasbourg on servirait "de la viande halal par respect pour la diversité, mais pas de poisson le vendredi par respect pour la laïcité" — impayable logique du maire socialiste de la ville ? Etait-ce républicain de minimiser l'antisémitisme et le sexisme qui sévissaient et sévissent encore dans les "territoires perdus de la République" au motif que ceux qui les propageaient étaient victimes de l'exclusion sociale ? Etait-ce républicain de traiter de salauds, de cons ou de fachos les électeurs qui, lassés d'être les cocus de la mondialisation, se sont tournés vers le FN ? Ou étaient-ils, durant toutes ces années, tous ces Républicains sourcilleux qui affichent aujourd'hui leurs âmes pures et leurs mains blanches ? Peut-être serait-il naïf ou imprudent de décerner à Marine Le Pen un brevet de vertu républicaine. En attendant, si la République semble aujourd'hui si mal en point, elle n'en est pas, loin s'en faut, la première responsable.

(1) Notons au passage que Libé, pour accentuer l'effet recherché, a préféré taire le prénom du Le Pen dont il est ici question, en l'occurrence la fille.

Élisabeth Lévy

A lire aussi sur Causeur.Fr :

Visitez Causeur.fr

Tous les articles Politique de Causeur.fr

Le premier ministre idéal de Hollande
Marine Le Pen a séduit la France invisible

Un seul espoir, la défaite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles