Les pires concerts de l’histoire

Presque tous les artistes vous le diront, c'est sur scène que leur musique s'épanouit le mieux. La rencontre avec un public, la liberté de réinterpréter ses titres, de pratiquer son art comme on le souhaite... Le live donne souvent une dimension nouvelle à la musique, mais c'est aussi un exercice sans filet dont les conséquences peuvent être désastreuses si tout ne se déroule pas comme prévu. Voici un panorama de quelques-uns des plus grands ratages de l'histoire de la scène musicale.

Amy Winehouse à Belgrade – 18 juin 2011
Le concert à Belgrade de l'étoile filante de la soul britannique reste célèbre parce qu'en plus d'être désastreux, il marqua la dernière apparition publique sur scène d'Amy Winehouse. Ce soir-là, l'interprète de "Rehab" monte sur scène complètement ivre avec une heure de retard, incapable de se rappeler ses paroles de "Back in Black", au point que ce sont les spectateurs désabusés qui chanteront la chanson à sa place. Sortie sous les huées du public après ce que les médias locaux qualifieront de “pire concert de l'histoire de la capitale serbe”, elle annulera ses concerts suivants à Istanbul et Athènes. Belgrade sera le dernier chapitre de la descente aux rnfers de la chanteuse, qui décèdera à peine un mois plus tard, le 27 juillet.
Voir une vidéo

Whitney Houston à Sydney - 24 février 2010
Dans la catégorie des destins tragiques l'exemple de Whitney Houston a aussi particulièrement marqué les fans. Détruite par l'alcool, la drogue et les années passées à subir les coups de son ex-mari Bobby Brown, Whitney Houston enchaînera au cours des dernières années les concerts indignes du succès qu'elle avait pu rencontrer dans les années 80/90, à l'exemple de ce concert donné en février 2010 à Sydney. Après une première heure correcte, la chanteuse s'absentera près d'un quart d'heure pour se changer et enchaînera avec une série de reprises catastrophiques de son répertoire sous les huées des fans. Comme un symbole, elle s'avère incapable de terminer correctement sa chanson fétiche, "I Will Always Love You".
Voir une vidéo

Les Rolling Stones à Altamont – 6 décembre 1969
Le concert des Rolling Stones sur le circuit automobile californien d'Altamont reste l'un des plus funestes souvenirs de l'histoire du rock. Ce concert gratuit où les Stones côtoient les Grateful Dead, Carlos Santana ou encore Crosby, Stills, Nash & Young fut la réponse du groupe de Mick Jagger au légendaire Woodstock où le groupe n'apparut pas quelques mois plus tôt. L'événement tourna malheureusement au drame : l'organisation désastreuse (le lieu du concert est déterminé à peine 24 heures avant) pousse les Grateful Dead à annuler leur présence et le service de sécurité assuré par les Hell's Angels multiplie les exactions contre les festivaliers. Jagger sera frappé au visage par un spectateur et les bagarres dans la fosse se multiplient, conduisant à la mort de Meredith Palmer, poignardée à cinq reprises par un membre des Hell's Angels. Trois autres personnes décèderont au cours du festival qui est aujourd'hui considéré comme le moment où le mouvement hippie s'est autodétruit. Quant aux Stones, ils ne remonteront pas sur une scène américaine en trois ans et demi.
Voir une vidéo

The Who à Cincinnati – 3 décembre 1979
Dix ans plus tard quasiment jour pour jour, un autre groupe légendaire connaîtra une mésaventure similaire. Menant alors une courte tournée après la sortie de Who Are You, les Who sont en concert au Riverfront Coliseum de Cincinnati. Les dix huit mille places sont évidemment toutes vendues, mais l'organisation du concert n'attribue aucune place particulière à près de quinze mille réservations. Alors que la formation de Roger Daltrey et Pete Townshend procède à des tests son de dernière minute, dans les files d'attente, certains fans impatients se persuadent que le concert était en train de débuter. Un mouvement de foule essaie alors de forcer les portes d'entrée, conduisant à la mort de onze spectateurs par asphyxie.
Voir une vidéo

Woodstock '99 – 22/25 juillet 1999
L'héritage malheureux de Woodstock ne se limite pas à la tragédie d'Altamont. A l'occasion du trentième anniversaire du festival, en 1999, un nouveau Woodstock fut organisé, réunissant deux cent mille personnes. Il fut le théâtre de multiples débordements sous une chaleur écrasante et dans des conditions de sécurité et d'hygiène très insuffisantes. Des bagarres détruisent le set où jouent les Limp Bizkit ; des feux de joie éclatent pendant le concert des Red Hot Chili Peppers et mettent le feu aux enceintes ; des bus et remorques de matériel sont incendiés ; un homme de 44 ans décède d'une crise cardiaque et une femme fut victime d'un viol collectif. En clin d’œil, certains journalistes se réfèrent encore à l'événement comme le “jour où la musique est morte”, l'expression renvoyant habituellement à l'accident d'avion qui coûta la vie à Buddy Holly, Ritchie Valens et The Big Popper quarante ans auparavant.
Voir une vidéo

Curtis Mayfield à Brooklyn – 14 août 1990
Curtis Mayfield était l'un des visages culturels des minorités noires dans les années 60 puis 70 aux côtés de Marvin Gaye : avec les Impressions, il écrit quelques-uns des hymnes du Black Power et du Mouvement des droits civiques. Pionnier du funk, il reste associé à l'album Super Fly, sorti en 1972. Une carrière brillante marquée par un terrible accident survenu le 14 août 1990 lors d'un concert dans un parc de Brooklyn. Ce jour-là, un projecteur se détache en plein concert et s'écrase sur Mayfield. Paralysé au niveau de la nuque, il continuera à chanter et écrire jusqu'à son décès en 1999.

Great White à The Station (West Warwick) – 20 février 2003
Le concert de Great White à West Warwick fut l'une des plus tragiques catastrophes de l'histoire récente. Le 20 février 2003, ce groupe de hard rock qui connut un certain succès aux Etats-Unis dans les années 80, donne un concert dans un nightclub de cette ville de l'état de Rhode Island. Mais peu après le début de la représentation, des effets pyrotechniques utilisés par le groupe mettent le feu aux mousses isolantes sous le plafond, piégeant dans les flammes une partie du public. Cent personnes décéderont ce soir-là, y compris le guitariste du groupe Ty Longley. Great White dédommagera les familles touchées par le drame à hauteur d'un million de dollars.
Voir une vidéo