Tops et flops des petites Frenchy à Hollywood

Yahoo! Cinéma

Si Marion Cotillard ou Juliette Binoche sont devenues des stars à Hollywood, les comédiennes françaises qui cartonnent au pays de l'Oncle Sam restent une denrée rare. Pourtant, des débutantes, qui n'ont pas encore provoqué l'hystérie collective en France, tentent régulièrement leur chance outre-Atlantique. Petit tour d'horizon de ces Frenchy qui, comme Elodie Yung dans le deuxième volet de G.I. Joe, essaient de percer dans l'eldorado du cinéma. Avec plus ou moins de succès.

Elodie Yung, l'action woman

Si les cinéphiles ne la connaissent pas encore bien, les téléphages l'auront sans aucun doute repérée dans Les Bleus, série policière de M6 dans laquelle elle incarna durant 4 saisons une femme flic fonceuse et pro des arts martiaux. La Française d'origine cambodgienne doit d'ailleurs beaucoup à sa ceinture noire de karaté qui, après l'avoir aidée à décrocher un rôle dans la production Besson Banlieue 13, lui a aussi ouvert les portes de Hollywood et, plus précisément de la superproduction G.I. Joe: conspiration. Elodie y incarne Jinx, gentille ninja copine des G.I., dans la suite de la franchise qui sort cette semaine. Un rôle qui, s'il met plus en avant ses capacités physiques que son talent de comédienne, lui permet de donner la réplique à Dwayne-The Rock-Johnson et à Bruce Willis. De quoi alimenter le tableau de chasse américain de cette débutante qui, en 2012, s'offrait déjà une petite apparition aux côtés de Daniel Craig dans le Millenium de David Fincher … en attendant le tournage d'une comédie romantique (sans karaté cette fois) avec la "it girl" Evan Rachel Wood. Mais gageons que ce petit rôle ne fera pas encore d'elle une Marion Cotillard qui, contrairement à la jeune comédienne, avait cartonné dans son pays avant de percer outre-Atlantique. En tentant le coup directement à l'international, Eodie Yung aurait-elle les yeux plus gros que le ventre ?

Delphine Chanéac, la reine des occasions manquées

Dans Splice, elle était méconnaissable en créature mi-humaine mi-animale qui terrifiait Sarah Polley et Adrian Brody. De quoi lancer, croyait-on, sa carrière américaine. Mais le film de Vincenzo Natali, plus grotesque que flippant, n'a pas eu le succès escompté sur sa carrière internationale : depuis Delphine Chanéac a joué dans un drame avec Edward Furlong et James Caan, uniquement sorti en DVD, et dans un film italien inédit chez nous. Rien de très probant et retour à la case départ pour celle qui avait débuté dans des sagas et des séries télé (sur M6 notamment). A la rentrée, c'est donc sur le petit écran que le public retrouvait l'actrice dans la série franco-canadienne Le Transporteur qui, malgré des audiences correctes, n'aura hélas pas eu le succès escompté. Encore un coup d'épée dans l'eau pour Delphine Chanéac, à qui la chance n'a pas encore tout à fait souri...

Nora Arnezeder, la belle plante

Elle a déjà tourné avec Denzel Washington et Ryan Reynolds dans Sécurité rapprochée, Bradley Cooper dans The Words et Elijah Wood dans Maniac. Sur le papier, c'est carton plein. En réalité, pas de quoi s'extasier. Les deux premiers ne lui offraient que des apparitions de belles plantes mutiques et le dernier, un petit film d'horreur, était dispensable. La révélation de Faubourg 36 de Christophe Barratier (son ex) a-t-elle donc bien fait d'abandonner un temps la France pour les Etats-Unis? Rien n'est moins sûr ! D'ailleurs, Nora a récemment repris le chemin des studios hexagonaux. Après le bide (mérité) de Ce que le jour doit à la nuit, la belle blonde devrait bientôt renouer avec le succès : elle succédera en effet à Michèle Mercier dans le remake cinéma en 2 parties d'Angélique, marquise des anges, amoureuse mythique de Joffrey de Peyrac ( Gérard Lanvin assurant ici la relève de Robert Hossein). Très attendu, ce film d'amour et d'aventure pourrait faire grimper sa cote en France et, qui sait, aux Etats-Unis si le succès était au rendez-vous !

Lizzie Brocheré, la qualité avant tout

Les cinéphiles français la connaissent pour ses choix pointus. Dans sa filmo: Un petit jeu sans conséquence de Bernard Rapp, Le Chant des mariées de Karin Albou et deux films de Pascal Arnold et Jean-Marc Barr, Chacun sa nuit et American Translation. Autant de choix qui ont permis à Lizzie Brocheré de se forger d'emblée une réputation basée sur son talent plus que sur son joli minois ou ses capacités sportives. A 28 ans, la jeune française mène parfaitement sa barque, agrémentant son CV de parenthèses populaires (Tellement proches et Nuit Blanche, sa seule grosse erreur de parcours) au cinéma ou à la télévision (Les Bleus comme Elodie Yung). Forte de cette filmo écclectique, Lizzie Brocheré aura d'aileurs attiré l'attention des Américains : elle joue ainsi une psychopathe dans la saison 2 d'American Horror Story, série d'horreur hautement respectable actuellement diffusée sur Cine+Frisson. Une première expérience américaine qui, associée à son rôle dans La Marque des Anges, le prochain polar adapté de Jean-Christophe Grangé avec Gérard Depardieu et Joeystarr, devrait lui ouvrir de nouvelles opportunités ici et là-bas.

Clémence Poésy, entre deux continents

Quasi inconnue en France en 2005 malgré un rôle dans Bienvenue chez les Rozes avec Carole Bouquet, Clémence Poésy voit sa carrière exploser d'un coup à l'international cette même année. Magique? C'est le cas de le dire. En 2005, la petite Française incarne pour la première fois la sorcière Fleur Delacour dans la saga phénomène Harry Potter. Un rôle qu'elle reprendra dans les deux derniers épisodes de la franchise, qui lui permettra de se faire un nom à travers le monde entier et grâce auquel elle enchaînera films français (Le Grand Meaulnes, Le dernier gang, Pièce montée, Jeanne Captive…) et productions anglophones (127 heures, Lullaby, Bons baisers de Bruges…), s'invitant même en guest star dans la série Gossip Girl. A ce jour, l'agenda de la jolie parisienne est toujours aussi rempli : elle tournera bientôt avec Michael Caine dans Mr Morgan's last love, et sera la star de Tunnel, série policière franco-britannique produite par Canal +. Un CV et une filmo qui la placent inconstestablement parmi les chouchoutes de l'Oncle Sam.

Astrid Bergès Frisbey, un coup pour rien

Joli coup pour Astrid Bergès-Frisbey en 2011 : le géant Disney la choisit pour jouer une sirène aux côtés de Johnny Depp et Penelope Cruz dans Pirates des Caraibes 4: La fontaine de jouvence. Les médias s'enflamment sur sa participation mais très vite, le soufflé retombe: non seulement, cet opus n'est pas tout à fait une réussite mais la petite Frenchy y joue (mal) les cruches romantiques, avec en tout et pour tout 3 lignes de dialogues à défendre. Bénéfice net : aucun projet américain à l'horizon pour le moment et une carrière recentrée sur la France. Elle devrait ainsi tenir le premier rôle Des Betteraves à Noël, premier film de l'actrice Audrey Dana, et sera cet été à l'affiche de Juliette, une comédie dramatique avec Elodie Bouchez.

Bérénice Marlohe, éternellement James Bond girl ?

Personne ne la connaissait il y a encore un an. A part une pub pour une marque automobile et une apparition flash éclair dans Un bonheur n'arrive jamais seul, Bérénice Marlohe était inconnue du grand public jusqu'à ce qu'un homme change tout en octobre 2012. Son nom? Bond. James Bond. En effet, la française à la plastique de rêve a été LA James Bond girl de Skyfall, 23e opus et plus gros succès de la saga culte. Un coup d'essai transformé en coup de maître ! Mais attention : toutes les James Bond Girl n'ont pas fait carrière et rien n'est encore gagné pour Bérénice qui, malgré un petit rôle dans le prochain Terrence Malick avec Ryan Gosling, Natalie Portman, Christian Bale, Michael Fassbender et Rooney Mara (rien que ça), a encore ses preuves à faire. Notamment sur ses qualités de comédienne qui, avouons-le, n'étaient que très peu mises à contribution chez 007, plus intéressé par ses mensurations et son regard de braise que par ses talents dramatiques.

Eva Green, born in the USA

A en croire son CV et son nom de famille, on la croirait américaine. A tort. Bien qu'elle n'affiche qu'un film français au compteur (Arsène Lupin avec Romain Duris en 2004), la brune aux yeux verts, fille de l'actrice Marlène Jobert, est bien française. Quid de son nom de famille? Il est suédois (d'un papa franco-suédois), pas américain ! Comment expliquer dans ce cas son anglais impeccable ? Tout simplement par des études dans une école américaine de Paris, puis des cours d'art dramatique à Londres. C'est d'ailleurs dans la langue de Shakespeare qu'Eva sera révélée au cinéma dans The dreamers de Bernardo Bertolucci en 2003. Deux ans plus tard, ce sera l'explosion grâce à deux grosses productions américaines: Kingdom of heaven de Ridley Scott et surtout Casino Royale où elle jouera Vesper Lynd, le grand amour de Daniel Craig aka 007. Dès lors, les anglo-saxons lui dérouleront le tapis rouge. A son actif: A la croisée des mondes avec Nicole Kidman, Perfect sense avec Ewan McGregor, Dark Shadows avec Tim Burton et Johnny Depp et bientôt 300: Rise of an Empire et surtout le premier rôle de Sin City 2: a dame to kill for (La dame, c'est elle!) aux côtés de Josh Brolin, Rosario Dawson, Jessica Alba et Bruce Willis. verdict: Eva Green écrase toutes ses petites concurrentes frenchy. S'il en est une partie pour durer à Hollywood, c'est assurément elle !