Ces anecdotes qu’on ignore sur les films d’animation Disney

Yahoo! Cinéma
Blog Cinéma

Le 4 décembre 2013, La Reine des neiges, le traditionnel Disney de Noël, sortira sur nos écrans. L'occasion de découvrir notre best-of des secrets du géant de l'animation.

  • Les apparitions cachées de Mickey

Aux États-Unis, ce jeu a été baptisé le "Hidden Mickey". Son but ? Que les animateurs Disney arrivent à planquer des silhouettes ou des têtes de Mickey dans toutes les productions maison. Quelques exemples parmi des centaines :

> dans Aladdin, lors de la rencontre du héros avec le génie, des volutes de fumée forment la tête de la souris

> Dans La Petite sirène, une tête de Mickey apparaît sur le contrat que fait signer Ursula à Ariel

> Des têtes de Mickey sont formées par des empilements de fruits sur un étal dans Lilo et Stitch

> Un dessin de Mickey orne la montre de Fagan dans Oliver et Compagnie….

  • Les lieux qui ont inspiré les décors de films

S'il est de notoriété publique que le château de Neuschwanstein de Louis II de Bavière a inspiré le fameux château de La Belle au bois dormant (celui qui trône au cœur des parcs d'attraction), d'autres lieux réels ont inspiré les décors des productions Disney. Le Taj Mahal aurait ainsi servi de modèle au palais du Sultan dans Aladdin, le Salta Angel serait la cascade de référence pour le film Là-haut et les ruines du Machu Picchu, dans la région de Cusco au Pérou, auraient logiquement été utilisées pour les décors de Kuzko. Plus proches de nous, le village de Belle dans La Belle et La Bête rappelle fortement les bourgades alsaciennes et le Mont-Saint-Michel a de fortes similitudes avec le château de Raiponce.

  • Les clins d’œil "maison"



Impossible de tous les lister tant les apparitions de personnages Disney dans d'autres films que les leurs sont nombreuses. On aura ainsi vu :

> Le roi et le duc de Cendrillon en invités au mariage d'Eric et Ursula dans La Petite sirène

> Donald , Mickey et Dingo, planqués au fond de l'océan dans la scène d'ouverture de La Petite sirène

> La Bête qui se cache parmi les figurines avec lesquelles joue le sultan, père de Jasmine, dans Aladdin.

> Pinocchio, posé sur une poutre dans la scène de la taverne de Raiponce

> Nemo qui saute hors de l'eau dans une scène de Frère des ours

> Une peluche de Dumbo et un poster de Mulan dans Lilo et Stitch

> Belle qui se promène dans Le Bossu de Notre-Dame durant la chanson Rien qu'un jour

> Le crabe Sébastien de La Petite sirène accroché au doigt du génie dans Aladdin

> Les Indestructibles en couverture d'un magazine que lit un gamin dans la salle d'attente du dentiste de Nemo

> Scar, le méchant du Roi lion, en "peau de bête" dans Hercule

> Nemo en jouet que tend la petite Boo à Sully dans Monstres et Cie

> une gargouille en forme de Pumba (le phacochère du Roi Lion) dans Le Bossu de Notre-Dame

> Un char à l'effigie du roi Triton de La Petite sirène dans La Princesse et la Grenouille

  • Les stars qui ont inspiré les héros Disney

Le visage d'Aladdin vous rappelle vaguement quelqu'un ? Normal : après avoir voulu utiliser pour modèle Michael J. Fox, Disney s'est finalement inspiré de Tom Cruise pour créer le personnage. Si Alyssa Milano a servi de source d'inspiration pour Ariel, la fameuse Petite sirène aux cheveux rouges, Audrey Hepburn (dans le film Vacances Romaines) aurait été utilisé comme modèle pour la princesse Aurore dans La Belle au bois-dormant.

  • Les changements de nom

Certains titres de films Disney furent changés en cours de route. Aux États-Unis, Raiponce (Rapunzel en VO) fut ainsi renommé Tangled ("Emmêlés") pour attirer un public masculin (un nom de princesse faisant trop "fillette"). Pour la même raison, le prochain Disney de Noël, initialement appelé The Snow Queen, s'appellera finalement Frozen ("Congelé") aux États-Unis.

Rien d'étonnant lorsque l'on sait que le personnage le plus emblématique de la maison fut lui même rebaptisé : avant de s'appeler Mickey, la célèbre souris créée par l'Oncle Walt se nommait Mortimer Mouse. Mais madame Disney trouvant ce nom peu vendeur avait suggéré celui que nous connaissons tous aujourd'hui.