Les Sardines et autres chansons cons

boîte d'ennui..."Pour faire une chanson facile, facile, faut d'abord des paroles débiles, débiles, une petite mélodie qui te prend bien la tête, et une chorégraphie pour bien faire la fête…"

Tout est dit. Ça s'intitule "Les Sardines", ça fait le buzz sur internet, dans les dancings et les campings, de Béton Bazoche à Palavas les Flots, et c'est signé Patrick Sébastien. Bref, c'est une chanson qu'on se le dise. Une chanson con, comme il en pousse régulièrement sous nos cieux, estivaux de préférence. On devrait dire "conne", mais puisqu'on parle de chanson, le masculin est préférable pour la rime.

Sensuelle, sternante ou ciliante, ça reste une chanson con. Une véritable tradition. Qui, par définition, ne date pas d'avant-hier. De Gaston Ouvrard ("La rate qui se dilate") à Carlos ("Le Tirelipimpon"), en passant par Bourvil ("Pouet pouet") ou Annie Cordy ("La bonne du curé"), les chansons cons ont enchanté des générations de consommateurs, en somme pas forcément mateurs.

Ne pas confondre chansons cons et rengaines débiles. Les premières se veulent rigolardes, un brin beaufs (au féminin on devrait dire bells's), s'entonnent à la bonne franquette dans les mariages ou les enterrements de vie de garçon, en pratiquant la danse du tapis, tout nu tout bronzé à la queue leu-leu. Les rengaines débiles, elles, se veulent lyriques et mélodiques, ont parfois des prétentions poétiques et relèvent davantage de la variétoche faisandée que des chœurs de salles de garde. Par exemple, et entre autres, "Besoin de rien, envie de toi" de Peter et Sloane, ou "Est-ce que tu viens pour les vacances" de David et Jonathan (marrant comme ils ont besoin de se mettre à deux pour chanter des trucs pareils…).

Les chansons cons font donc partie de notre patrimoine culturel, comme la pétanque, le lâcher de taureaux ou le plus gros mangeur de tartes. Ci-dessous, un petit Top 5, hic-marrade des meilleures chansons cons les plus pires de ce dernier demi-siècle. A vous, si vous vous sentez cernés, d'y ajouter les vôtres. Et qu'on n'en parle plus.

1) Les Bronzés : "Darla dirladada"

2) Sim : " Les rhododendrons"

3) Dalida : " Itsy bitsi petit bikini"

4) Licence IV : "Viens boire un p'tit coup"

5) Katerine : " La banane"