Copé, l’enfant qui rêvait d’être Napoléon

Blako Blog

C'est pas moi qui le dit, c'est Monique, sa maman. L'an dernier, elle assistait avec son fils à une représentation d'une pièce de Feydeau à la Comédie Française. En voyant apparaître sur scène de jeunes acteurs déguisés en costume de Napoléon, elle s'est exclamée : "C'est tout Jean-François !". Et en se tournant vers son fils, elle lui a rappelé toute attendrie : "Toi aussi, tu adorais ton uniforme de Bonaparte quand tu étais petit ..." Si c'est pas mignon l'enfance d'un "chef de guerre" ?

Quand il avait dix ans, Jean-François se déguisait en Napoléon et se préparait déjà à prendre le pouvoir en France avant de conquérir l'Europe. L'avantage des vocations précoces, c'est qu'elles offrent le temps d'organiser un plan de carrière. À bientôt 50 ans, M.Copé poursuit son rêve d'enfant.

Jean-François Copé n'a jamais cessé de se prendre pour Napoléon. Le 15 avril 2012, place de la Concorde, le Général-secrétaire de l'UMP avait rassemblé ses troupes pour leur parler du passé, "Le 3 décembre, 1805. S'adressant à ses soldats au lendemain de la victoire. Napoléon avait dit : "Il vous suffira de dire "j'étais à Austerlitz", pour qu'on vous réponde "voilà un brave !" (...) Vous qui êtes là à la Concorde, faisant fi des ricanements médiatiques, vous êtes des braves !"

Cela dit, quand un type se prend pour Napoléon, pas besoin d'être un hyène pour avoir envie de ricaner. Quand j'étais petit, c'était un classique des blagues Carambar, ça commençait toujours pareil : "Dans un asile de fou, un homme se prend pour Napoléon ..."  Généralement, à la fin, il s'accrochait au pinceau quand on lui retirait l'échelle.
Attention ! C'est juste une blague Carambar, pas un diagnostic. Dans la vraie vie, faut faire gaffe avec les gens qui se prennent pour Napoléon. Ils deviennent vite agressifs lorsqu'on les contrarie.

Le chef de guerre

Qui voudrait que la France soit dirigé par un homme qui rêve de s'illustrer à la guerre ? Quand M.Sarkozy se présentait comme un capitaine tenant la barre dans la tempête, on comprenait l'image. Mais lorsque M.Copé se présente comme le chef qui nous mènera à la guerre, que faut-il comprendre ?

Pour Jean-François Copé, la campagne électorale continue. Le Général-secrétaire de l'UMP a désigné son ennemi : le chef de l'Etat français. Peu importe le résultat de l'élection, à ses yeux François Hollande n'est qu'un "chef de clan". "L'UMP a perdu une bataille, mais l'UMP n'a pas perdu la guerre" aurait-il pu déclarer si sa maman, Monique,  lui avait offert une panoplie du Général de Gaulle pour ses dix ans. À quoi ça tient un destin ?

Cela dit, que ce soit le Général ou l'Empereur, leur carrière doit autant aux circonstances qu'à leur âme bien trempée.  La Révolution pour l'un, la guerre mondiale pour l'autre, sans quoi la France ne se serait jamais abandonnée aux bras de ces deux soldats. Et pour Jean-François Copé se sera quoi ? Ah si seulement l'Euro pouvait exploser en provoquant de la panique et des émeutes ! Où alors une guerre avec l'Iran, peu importe ; un truc qui donne envie de se trouver un chef pour nous sauver.

Bébé Sarkozy

Comme tout les grands humoristes, François Fillon a des formules lapidaires. En rappelant que M.Copé n'a pas l'envergure nécessaire pour être le leader naturel de l'UMP, c'est comme s'il lui avait baissé le caleçon devant tout le monde. Pauvre Jean-François ! Impossible de démentir, s'il prétend être le leader naturel de l'UMP, ça va encore déclencher des ricanements. L'idéal aurait été que ses amis le soutiennent. Baroin, Le Maire, Pécresse, Chatel auraient pu affirmer tous en choeur que leur copain Jean-François est leur leader naturel. Curieusement, ils ne l'ont pas fait.

Ah ! Si seulement Sarkozy pouvait sortir de sa retraite et prendre parti pour Jean-François. Le problème, c'est qu'il a demandé à son fils naturel (Jean) de ne pas se présenter aux Législatives (à Neuilly-Puteaux). Alors ce se serait vraiment cruel de lui faire un fils spirituel dans le dos. D'autant que selon "Le Figaro", Nicolas Sarkozy a été très clair sur la stratégie que devait adopter l'UMP : "Les Sarkozy doivent se faire oublier, et ils se feront oublier". Ça doit être dur d'entendre ça pour Jean-François, lui qui a tout fait pour ressembler à Sarkozy, voilà que l'original annonce à la copie qu'il est passé de mode.

Sarkozy, c'est fini

En 1967, lorsque l'élève Sarkozy doit redoubler sa sixième, il jure de se venger. 40 ans plus tard, il serat élu Président de la République. Malheureusement pour lui, cette fois-ci, il ne redoublera pas.

Pendant la campagne, Nicolas et Carla aimaient regarder "The Voice" sur TF1. Elle aime la chanson, il aime la compétition, c'était fait pour eux. Comment être élu par les Français qui vous regardent ? Le problème qui se pose aux candidats de la télé-réalité est le même que celui qui se pose candidats de la présidentielle.

Pour la saison 2012 de la Présidentielle, les Français ont éliminé Sarkozy. Normal, si Loana avait été candidate pour la saison 2 de "Loft Story", elle n'aurait pas gagné non plus. Cela confirme que la carrière politique ne devrait pas être envisagée comme une thérapie susceptible de régler ses problèmes d'égo. L'élection présidentielle n'est pas une catharsis, la preuve M.Sarkozy n'a toujours pas annoncé officiellement qu'il abandonnait la partie.
Pour renoncer définitivement, il lui suffirait de désigner un successeur, comme un père désigne son héritier. Qui sait ? Après quelques semaines de repos au Maroc, Nicolas Sarkozy aura peut-être pris un peu de recul. Il se dira que Copé s'est approprié son style et que Fillon peut revendiquer son bilan. Alors il devra trancher. De quoi est-il le plus fier ? De son style ou de son bilan ?