Blocages. En Espagne, le “grand embouteillage” des projets d’énergies renouvelables

·1 min de lecture

Alors que l’Espagne s’est fixé l’objectif de produire les trois quarts de son électricité au moyen des énergies renouvelables d’ici à 2030, les projets photovoltaïques ou éoliens ne manquent pas. Encore faut-il avoir les moyens et le temps de les étudier, tempère El País.

L’Espagne a de gros objectifs en matière énergétique. Conformément aux exigences de l’Union européenne, les députés espagnols ont adopté en mai 2021 un projet de loi sur la transition énergétique. Il prévoit notamment que d’ici à 2030 les énergies renouvelables représenteront 42 % de la consommation totale d’énergie en Espagne, et au moins 74 % de la production d’électricité dans le pays.

Aujourd’hui, les demandes de construction de parcs éoliens ou photovoltaïques sont tellement nombreuses que le gouvernement espagnol encourage “celles qui ont le moins de chances de passer l’évaluation environnementale” à se retirer, assure El País, le quotidien le plus lu de l’autre côté des Pyrénées.

À lire aussi: Architecture verte. En Espagne, une école fait rimer autonomie avec énergie

Un décret royal, adopté le 21 décembre dernier, fixe même une date limite, ce dimanche 23 janvier, à laquelle les promoteurs peuvent retirer leur projet sans perdre leurs “garanties financières, requises au début du processus, soit 40 000 euros par mégawatt (MW)”.

À l’heure actuelle, le ministère de la Transition écologique espagnol est en train de traiter 697 demandes, dont 467 projets photovoltaïques et 211 projets éoliens. D’après le journal de centre gauche, l’ensemble des demandes reçues

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles