Le blocage des vaccins produits dans l’UE “très rétrograde”, pour l’Irlande

·1 min de lecture

Après les récents propos polémiques d'Ursula von der Leyen sur le front des vaccins anti- Covid-19, Dublin monte au créneau. Le Premier ministre irlandais, Micheal Martin, se dit vivement opposé à un éventuel blocage par l'Union européenne des vaccins contre le coronavirus fabriqués sur son territoire, estimant qu'il s'agissait d'une "mesure très rétrograde". "Je suis vraiment contre", a déclaré le dirigeant irlandais, interrogé sur la chaîne RTE après la menace de la Commission européenne de bloquer les exportations de vaccins AstraZeneca si l'UE, confrontée à des livraisons bien moindres que prévu, ne recevait pas d'abord les approvisionnements promis par le groupe suédo-britannique.

"Nous avons l'option d'interdire toute exportation prévue. C'est le message que nous passons à AstraZeneca : respectez votre contrat avec l'Europe avant de commencer à livrer d'autres pays", avait dernièrement déclaré Ursula von der Leyen dans une interview avec le groupe des médias allemand Funke. L'Union européenne compte bien recevoir les doses de vaccins commandées avant que d'autres pays ne soient livrés...

>> A lire aussi - Vaccin Covid-19 : AstraZeneca va recevoir une lettre de l’UE

"Il est absolument vital que nous gardions les chaînes d'approvisionnement ouvertes", a plaidé Micheal Martin, malgré les "tensions énormes" entre Bruxelles et AstraZeneca, qui "n'a pas rempli son contrat". Il a prévenu que si l'UE commençait à ériger des barrières, d'autres pays pourraient faire de même pour (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

L'agence européenne des médicaments déconseille l'utilisation de l'ivermectine contre la Covid-19
Tabac : joli coup de filet des douanes à Calais, gros manque à gagner pour les réseaux criminels
Italie : la campagne de vaccination vire au "désastre" en Lombardie, frappée de plein fouet par le covid-19
L’UE inflige des sanctions à la Chine et la Birmanie, la Turquie et la Russie mises en garde
Pêche : risque de no deal entre le Royaume-Uni et l’UE, “encore d'énormes désaccords"