Blocage de Sciences Po par des propalestiniens : Gérard Larcher craint que l’institution ne devienne « un bunker islamo-gauchiste »

Sur le plateau de Télématin, jeudi 14 mars, le président du Sénat, Gérard Larcher, a réagi aux récents incidents survenus à Sciences Po lors d'une mobilisation en faveur de la libération palestinienne, où des étudiants de l'UEJF (Union des étudiants juifs de France) ont été pris à partie. À l’issue de cette manifestation, l’exécutif et l’établissement parisien ont saisi le procureur de la République pour « des faits à caractère antisémite ». L’ancien ministre sous Jacques Chirac a exprimé son inquiétude quant à l'atmosphère qui règne dans les universités françaises, affirmant que Sciences Po, « une école d'excellence », avait « basculé ».

« La question de fond que je me pose, c'est : peut-on être un étudiant français de confession juive et étudier sereinement dans des campus en France, au-delà de Sciences Po ? » s’est-il interrogé. Il a déploré un problème général d'antisémitisme dans les établissements d’enseignement supérieur ainsi qu'un refus d'écouter des opinions « différentes », qualifiant certains de « wokistes ».

Le danger de l'idéologie

« L'université doit être un lieu de débat, d'expression de libre opinion, et quand on voit qu'un Gilles Kepel ou une Florence Bergeaud-Blackler sont int...


Lire la suite sur LeJDD