Blocage des lycées à Marseille: «Ils ont mitraillé au paintball !» Des trafiquants délogent des élèves

AGRESSION - Le lycée Saint-Exupéry, dans les quartiers Nord de Marseille, a été fermé ce jeudi. Mercredi, en fin de matinée, des trafiquants d'une cité voisine ont tiré sur les élèves avec des lanceurs de paintball...

AGRESSION - Le lycée Saint-Exupéry, dans les quartiers Nord de Marseille, a été fermé ce jeudi. Mercredi, en fin de matinée, des trafiquants d'une cité voisine ont tiré sur les élèves avec des lanceurs de paintball...

« C’était la panique totale. Ils ont mitraillé tout le monde : les élèves, les profs, le principal… » Hamza, étudiant en management territorial, est un des « grands frères » qui tentent d’encadrer, tant bien que mal, la mobilisation des élèves du

lycée Saint-Exupéry. Le plus gros établissement des quartiers Nord de

Marseille est bloqué depuis le début de la semaine.

« Business is business »

A plusieurs reprises, des jeunes du quartier, pas forcément scolarisés dans l’établissement, ont joué au chat et à la souris avec la police. Ce mercredi matin, la situation a brusquement dégénéré, racontent les témoins. « Vers 11 heures, un type s’est pointé, il a gueulé dans tous les sens, mais personne ne l’a vraiment écouté, reprend Hamza, auprès de 20 Minutes. Ça a dû le vexer : ils sont revenus à 20 ou 30 et ils ont tiré avec des Paintball. On était couverts de peinture jaune, la façade est refaite ! » Profs et élèves se sont réfugiés à l’intérieur de l’établissement. Et le lycée est carrément fermé ce jeudi.

#GiletsJaunes #Marseille Appel du Lycée Saint Exupéry pour le 4 Décembre pic.twitter.com/8mqWwpProt— Chris 🇫🇷 (@Chrisdu13e) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Mouvement des lycéens: Les policiers du renseignement s'inquiètent des violences commises
VIDÉO. Lille: Le mouvement de protestation des lycéens prend de l'ampleur
Mouvement des lycéens: Pourquoi certains élèves sont-ils vent debout contre la réforme du lycée?
VIDEO. «Gilets jaunes» à Marseille: Les élèves de seconde ne veulent pas «d'un Bac mention quartiers Nord!»