Blocage du canal de Suez : "Pas d'augmentation importante du prix à la pompe à craindre"

·1 min de lecture

Un porte-conteneurs coincé au milieu du canal de Suez obstrue depuis quatre jours cette voie cruciale pour le commerce maritime mondial. Cette situation a fait bondir les prix du brut mais ne pose pas de menace majeure de pénurie ni de risque d'augmentation importante des prix à la pompe selon Francis Perrin, directeur de recherche à l’IRIS.

Depuis mardi 23 mars, un porte-conteneurs géant de 400 mètres de long pesant plus de 200 000 tonnes, l’Ever Given, bloque le passage dans le Canal de Suez, qui voit passer près de 10 % du commerce maritime international et constitue une route cruciale dans l’approvisionnement pétrolier européen. Près de 300 navires restent bloqués aux deux extrémités du canal, entraînant d’importants retard dans les livraisons de pétrole, qui ont fait bondir le prix du brut de plus de 5 % ce mercredi.Ce vendredi, après un premier échec pour renflouer le porte-conteneurs la veille, la société mandatée pour débloquer le navire s’est montrée prudente, évoquant " des jours voire des semaines " de délai avant de pouvoir reprendre un trafic normal.Alors que certaines compagnies ont déjà fait le choix de contourner le Canal en passant par le Cap de Bonne Espérance, quitte à prendre une route bien plus longue, Marianne a interrogé Francis Perrin, directeur de recherche à l’Institut de Relations Internationales et Stratégiques, pour comprendre quelles seront les conséquences le marché de l'énergie et les équilibres de la région.Marianne : Le canal de...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Exportations de vaccins : "Les nouvelles règles facilitent le blocage de doses Pfizer par l'UE"

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

Blocage des scooters à Nantes : quand les livreurs paient les dérives des plateformes

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

Blocage des médias : guerre ouverte entre Facebook et l'Australie