Blocage au Congrès américain : les raisons d'une impasse historique

Ce devait être l'heure de la consécration pour Kevin McCarthy. Successeur annoncé de Nancy Pelosi à la tête de la Chambre des représentants, l'un des deux organes formant le Congrès aux États-Unis , l'élu républicain a finalement vécu un véritable camouflet. Pour la première fois depuis 1923, l'élection du "speaker" - troisième personnage de l'État dans l'ordre protocolaire - n'a pas livré son verdict dès le premier tour. Après quatre autres tentatives infructueuses , le poste reste désespérément vacant, plongeant la politique américaine dans un blocage historique aux racines multiples.

063_1454433224 (1)
063_1454433224 (1)

Kevin McCarthy (à gauche) n'a toujours pas réuni suffisamment de voix pour prendre la tête de la chambre des représentants.
Crédits : WIN MCNAMEE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP

Un parti républicain fracturé

Kevin McCarthy (57 ans) fait ainsi les frais de dissentions internes au sein des Républicains. Une frange ultra-conservatrice du parti, ayant prêté allégeance à Donald Trump , refuse obstinément d'accorder sa confiance à l'intéressé. Journaliste au JDD et spécialiste des États-Unis, François Clémenceau y voit là une parfaite illustration du mal qui gangrène le "Grand Old Pa...


Lire la suite sur Europe1