Blocage à l'aéroport du Bourget pour dénoncer l’utilisation des jets privés

Des militants Attac et Extinction Rébellion étaient présents ce vendredi 23 septembre à l'aéroport du Bourget pour dénoncer la responsabilité des ultra-riches dans la crise climatique. (Matthieu Brandely / Yahoo)

Une action symbolique menée alors que l'utilisation des jets privés est au cœur des débats depuis plusieurs semaines.

Des militants Attac et Extinction Rébellion ont bloqué ce vendredi 23 septembre le Terminal 1 de l'aéroport du Bourget, destiné aux départs des jets privés. Objectif : empêcher les départs en week-end en jet privé, dénoncer la responsabilité des ultra-riches dans la crise climatique, et interpeller le gouvernement à l'heure où les Français sont invités à faire des économies d'énergie.

Les activistes, dont certains se sont enchaînés à l'entrée du bâtiment, ont installé devant le terminal un compteur représentant les tonnes de CO2 économisées lorsque les jets sont empêchés de décoller, soit environ une tonne toutes les 10 minutes. L'entrée du terminal a également été aspergée de peinture rouge. Une action, diffusée en direct sur la page Facebook de Yahoo Actualités, que vous pouvez revivre ci-dessous.

Si l'action n'est que purement symbolique, elle vise à "dénoncer l'utilisation de ce mode de transport du luxe et son impact écologiste" et à "pousser le gouvernement à prendre ses responsabilités et mettre en place une loi mettant fin à ces trajets de conforts", selon les co-organisateurs, Attac et Extinction Rébellion.

À l'heure de la sobriété énergétique, les jets privés sont dans le viseur des militants écologistes depuis plusieurs semaines. Tout a commencé avec le succès, sur Twitter, du compte dédié au suivi du jet privé de Bernard Arnault. Ce compte Twitter publie les trajets des avions des milliardaires, dont celui de Bernard Arnault, et estime leurs émissions de CO2 pour les afficher sur les réseaux sociaux.

Un sujet qui entre dans le champ politique le 19 août lorsque le secrétaire national d’EELV, Julien Bayou, appelle à interdire les jets privés dans Libération, et annonce qu'il déposera une proposition de loi à l'automne. L'idée va jusqu'à séduire le ministre des Transports Clément Beaune, qui annonce au Parisien sa volonté de "réguler les vols en jet privé", avant d'être rapidement recadré.

"Il est facile de promettre tout et n'importe quoi, parfois de dire tout et n'importe quoi. Ne cédons pas à ces tentations, c'est celle de la démagogie. Ça peut toujours sembler séduisant de dire ce que les gens veulent entendre (...) mais il faut d'abord raisonner en se demandant si c'est efficace et utile" lance Emmanuel Macron en conseil des ministres dès la rentrée, allusion à peine voilée aux propos de Clément Beaune. Le porte-parole du gouvernement Olivier Véran, en remet une couche sur Franceinter estimant que "dans la grande majorité des cas, ce sont des transports commerciaux, c’est créateur d’emplois".

Le sujet rebondit quelques jours plus tard, grâce au PSG. L'équipe de football se déplace à Nantes en jet privé, et l'un des joueurs poste une vidéo a priori anodine sur l'ambiance à bord. Sauf que le directeur de TGV-Intercités, Alain Krakovitch, tombe sur la vidéo et ne manque pas l'occasion d'égratigner le club.

Sommé de s'expliquer en conférence de presse quelques jours plus tard, l'entraîneur du PSG Christophe Galtier remet malgré lui une pièce dans la machine. "On est en train de voir si on ne peut pas se déplacer en char à voile", ironise l'entraîneur du PSG, après un fou rire de Kylian Mbappé, en réponse à la question.

En mars 2021, la loi Climat et Résilience interdit les liaisons intérieures en avion si une alternative en train en moins de 2h30 existe. Sauf que cette loi ne concerne pas les jets privés. Selon une estimation de la fédération d’ONG Transport & Environnement, sur un trajet de 500 km, un vol en jet privé est de 4,5 fois à 14 fois plus émetteur de CO2 qu’un vol en avion de ligne, et 50 fois plus que le même trajet sur une ligne de train européenne.

En un mois, les six avions des plus grandes fortunes françaises ont émis 520 tonnes de CO2, soit l’équivalent des émissions d’un Français moyen pendant plus de 50 ans.

VIDÉO - L'entraîneur du PSG plaide la "mauvaise blague" après la polémique sur les jets privés