Les Bleus affrontent la Finlande en guise d’échauffement avant le Portugal

·3 min de lecture

Didier Deschamps ne prendra "aucun risque" avec les internationaux blessés comme Kylian Mbappé ou Benjamin Pavard, en vue de France-Finlande, ce match amical qui se disputera mercredi soir, et qui est organisé avant le choc contre Portugal en Ligue des nations. Un petit nouveau est accueilli au sein du groupe France : Marcus Thuram, attaquant contrairement à son père Lilian.

Fragilisés par les blessures, les Bleus de Didier Deschamps espèrent rester compétitifs tout en reposant ses cadres, mercredi soir en amical contre la Finlande à Saint-Denis. Une occasion en or pour l'attaquant Marcus Thuram de découvrir l'équipe de France A avant de laisser aux cadors le sommet d'automne samedi au Portugal.

Depuis la dernière sortie des champions du monde en titre, le 14 octobre à Zagreb (victoire 2 à 1) en Ligue des nations, moins d'un mois s'est écoulé et ils sont nombreux à ne pas avoir eu un seul instant pour souffler.

Si certains ont eu la chance d'être mis au repos par moments en club, d'autres comme N'Golo Kanté ou Adrien Rabiot ont disputé la bagatelle de sept matches entre les deux rassemblements internationaux, cumulant Championnat et Ligue des champions.

Difficile, dans ces conditions, d'être à 100 % au moment de retrouver les Bleus dans le huis clos du Stade de France, surtout pour un match amical à l'enjeu dérisoire comparé à celui qui les attend samedi à Lisbonne contre les Portugais, véritable "finale" de leur groupe de Ligue des nations.

Contrairement aux deux derniers stages, le Covid-19 a bien épargné les Français, mais les blessures refont surface en nombre.

"Ne prendre aucun risque"

Les milieux Nabil Fekir, Houssem Aouar et Eduardo Camavinga sont forfait, tandis que les champions du monde Kylian Mbappé (cuisse), Benjamin Pavard (cuisse) et Presnel Kimpembe (pied) sont bien au rendez-vous au centre d'entraînement de Clairefontaine, mais encore en convalescence au début de ce rassemblement resserré sur neuf jours.

"Pavard ne sera pas disponible, ce sera le cas de 5 à 6 joueurs que je ne pourrai pas utiliser demain [mercredi]", a confirmé Didier Deschamps à la veille du match.

Mardi soir, le défenseur du Bayern Munich n'a pas participé à l'entraînement collectif, comme ses coéquipiers en club, Corentin Tolisso et Lucas Hernandez, ainsi que le milieu de la Juventus, Adrien Rabiot, également resté en salle, selon l'encadrement. Les Parisiens Kylian Mbappé et Presnel Kimpembe ont travaillé avec les kinés en marge du groupe mais sur le terrain.

Désireux de "ne prendre aucun risque" avec les blessés, le sélectionneur a cependant les armes pour composer un onze compétitif pour défier la sélection des "Grands-Ducs" – surnom des Finlandais –, 55e nation mondiale qualifiée pour le premier Euro de son histoire et qui reste sur de belles victoires en Ligue des nations devant l'Irlande et la Bulgarie.

"Quand je regarde la liste [des Bleus], il y a pratiquement trente joueurs de grande qualité, je ne pense pas que cela change beaucoup de choses entre l'équipe A et l'équipe B", a d'ailleurs réagi le sélectionneur finlandais Markku Kanerva mardi depuis le Stade de France.

Marcus, douze ans après Lilian ?

Avec 26 joueurs à disposition, contre les 23 que pourra compter la feuille de match mercredi, Didier Deschamps a des solutions pour soulager les cadres. Kurt Zouma, Léo Dubois, voire l'appelé de dernière minute, Ruben Aguilar, sont des options en défense devant le gardien marseillais Steve Mandanda, annoncé titulaire mercredi.

Mais c'est en attaque que les yeux des téléspectateurs seront rivés : comme titulaire ou comme entrant, Marcus Thuram est attendu avec curiosité pour ses débuts en sélection à 23 ans, un peu plus de douze ans après la dernière cape de son père, Lilian, légendaire champion du monde 1998 et champion d'Europe 2000.

"Être 'fils de' n'est pas un critère de sélection, s'il est là, c'est que je considère qu'il le mérite", a de nouveau répété le sélectionneur à propos de l'attaquant de Mönchengladbach en Allemagne, appelé pour la première fois et "amené à avoir un rôle à jouer sur les trois matches".

Avec AFP