Bleues : Corinne Diacre sélectionne Amandine Henry malgré la polémique

·2 min de lecture

Malgré ses déclarations fracassantes, la joueuse de l'Olympique lyonnais Amandine Henry a été sélectionnée par Corinne Diacre, jeudi, qui a annoncé vouloir une discussion «les yeux dans les yeux» avec sa capitaine frondeuse. 

Après «Les Yeux dans les Bleus», «les yeux dans les yeux»... Jeudi, la sélectionneuse des Bleues Corinne Diacre a retenu parmi les joueuses de l'équipe de France de football Amandine Henry, forfait puis non sélectionnée en octobre dernier et qui a épanché ses états d'âme dans les médias depuis. L'internationale de 31 ans, capitaine de surcroit sera donc dans le groupe des Bleues pour les deux derniers matches qualificatifs à l'Euro-2022 contre l'Autriche, le 27 novembre à Guingamp, et le Kazakhstan le 1er décembre à Vannes. Corinne Diacre a expliqué lors de la visio-conférence de presse être «debout» malgré les critiques. «Je suis soutenue par mon président et des joueuses également», a-t-elle ajouté, prête à des «remises en question» après avoir réglé «les problèmes les yeux dans les yeux».

Coupée de ses cadres

Dimanche dernier, sur Canal +, la numéro 10 de l'Olympique lyonnais et de l'équipe de France a crevé l'abcès après une Coupe du Monde ratée dans les grandes largeurs en 2019 malgré un vrai enthousiasme populaire. «Je sais que je prends un risque, mais si je ne le fais pas moi, qui va le faire ?», a-t-elle déclaré, en propos liminaire, évoquant des «retours pesants et négatifs». «C'est le ressenti de la majorité de l'équipe. Certaines filles n'osent pas parler, il y a de la crainte», a-t-elle poursuivi. Le torchon brûle depuis plusieurs mois et même années entre la sélectionneuse actuelle et des cadres de l'équipe de France, comme Wendie Renard, à laquelle elle avait enlevé le brassard de capitaine, ou encore la gardienne Sarah Bouhaddi, qui s'est mise en retrait de la sélection cet été et avait elle aussi tenu des propos très durs à l'encontre de la technicienne. La personnalité de Corinne Diacre, qui(...)


Lire la suite sur Paris Match