Blessés par balles à Stains: levée de la garde à vue des deux policiers

·3 min de lecture

La garde à vue des deux policiers soupçonnés d'avoir grièvement blessé par balles deux personnes lors d'un contrôle routier en Seine-Saint-Denis, a été levée.

Le parquet de Bobigny a annoncé ce mardi la levée de la garde à vue de deux policiers qui avaient grièvement blessé par balles deux personnes à Stains, dans la nuit de dimanche à lundi, lors d'une intervention filmée et largement diffusée sur les réseaux sociaux.

Les deux policiers de la brigade anticriminalité (BAC) de Stains (Seine-Saint-Denis) avaient été placés en garde à vue lundi après-midi pour "tentative d'homicide volontaire" dans le cadre de l'enquête menée par l'IGPN (Inspection générale de la police nationale) sur l'usage de leurs armes à feu. Un troisième policier avait également été entendu comme témoin. 

"Les premiers éléments de cette enquête (...) ont conduit le parquet à écarter l'intention d'homicide. Il a été mis fin à la garde (à vue) des policiers à 15h15", a annoncé le parquet dans un communiqué.

Une information judiciaire bientôt ouverte

"Une information judiciaire sera ouverte dans les prochains jours", précise le ministère public.

Me Yassine Bouzrou, avocat du jeune homme blessé par les tirs, a indiqué à l'AFP avoir déposé plainte pour "tentative d'homicide volontaire" et "faux en écriture publique", ainsi qu'une demande de dépaysement, confirmant une information de Médiapart. 

"Les policiers ont mis en avant la légitime défense, ce n'est pas ce que je vois sur les images", a déclaré l'avocat. "Lorsque l'on tire à huit reprises sur un véhicule à l'arrêt, je ne vois pas où est la légitime défense", a ajouté Me Bouzrou.

Le conducteur et sa passagère blessés

Lundi vers 01h30, les deux policiers âgés de 27 et 30 ans avaient tenté de contrôler un véhicule, avec un conducteur et une passagère à bord, boulevard Maxime Gorki à Stains, a retracé une source proche de l'enquête interrogée par l'AFP.

La voiture s'était immobilisée d'abord près des forces de l'ordre, puis avait fait marche arrière pour essayer de se soustraire au contrôle. L'un des fonctionnaires avait alors tenté de rentrer dans le véhicule pour le stopper, mais la voiture s'était remise à rouler, a poursuivi la même source proche de l'enquête.

Une vidéo du média "L'écho des banlieues", massivement partagée sur les réseaux sociaux, montre les deux policiers faire feu à plusieurs reprises en direction de la voiture.  

Le conducteur, âgé de 27 ans, a été touché par "au moins trois impacts" de balles, qui l'ont blessé "au thorax, au bras et au pubis", a détaillé une source proche du dossier, précisant qu'il s'est vu délivrer 45 jours d'ITT (incapacité totale de travail).

La passagère, allongée sur la banquette arrière, a reçu une balle dans le dos et cent jours d'ITT lui ont été attribués. "Leur pronostic vital n'est à ce jour plus engagé", selon le parquet.

De leur côté, ils sont tous les deux visés par une enquête pour "refus d'obtempérer" et "tentative d'homicide sur personne dépositaire de l'autorité publique", menée par la police judiciaire du département.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles