Blanquer, comme Le Maire, battent un record de longévité au gouvernement

·4 min de lecture
Jean-Michel Blanquer et Bruno Le Maire à la sortie du Conseil des ministres le 18 octobre 2017 à l'Élysée AFP/ Ludovic MARIN (Photo: AFP Contributor via Getty Images)
Jean-Michel Blanquer et Bruno Le Maire à la sortie du Conseil des ministres le 18 octobre 2017 à l'Élysée AFP/ Ludovic MARIN (Photo: AFP Contributor via Getty Images)

POLITIQUE - Quatre ans, trois mois et vingt six jours. C’est le décompte fait ce matin par Libération de la durée de Jean-Michel Blanquer à la tête du ministère de l’Éducation nationale. Un record. “En moyenne, les ministres tiennent dix-huit mois”, poursuit le quotidien.

Nommé le 17 mai 2017, dans le premier gouvernement de l’ère Macron, dirigé par Édouard Philippe, le ministre, venu de la société civile (il était directeur de l’Essec avant de rejoindre la rue de Grenelle) n’a jamais été remercié depuis. Il a bien été pressenti pour prendre le ministère de l’Intérieur en 2020, dans le nouveau gouvernement de Jean Castex, mais c’est finalement Gérald Darmanin qui est choisi, malgré la plainte qui le visait pour “viol”.

Polémiques en pagaille pour Blanquer

Pourtant, ce ne sont pas les polémiques qui ont manqué durant cette période. Attaché à une laïcité dure, il fait parler de lui pour ses déclarations sur l’“islamo-gauchisme” qu’il voit comme “un fait social indubitable”, sans qu’aucune étude scientifique sur le sujet vienne l’établir.

Plus récemment, il fait parler de lui avec un vieux thème cher à la droite, celui des allocations de rentrée scolaire qui serviraient aux familles qui en bénéficient à acheter des ”écrans plats”. Fact-checkings et recadrage du ministre de la Santé, Olivier Véran, n’auront pas suffi, Emmanuel Macron le soutient.

Sans oublier l’affaire révélée par Mediapart sur le syndicat “Avenir lycéen” qui a bénéficié de 65.000 euros d’argent public en 2019 qui aurait notamment servi à acheter des “bouteilles de champagne, chambres d’hôtel à 300 euros et autres régalades ainsi que du matériel informatique. Une affaire ”à partir de rien”, selon le ministre qui reste à son poste.

La réforme du Bac qu’il a menée a été critiquée par les syndicats d’enseignants, mais il a géré la crise du Covid-19 et peut se féliciter d’avoir laissé les écoles ouvertes le plus longtemps possible par rapport à la plupart des autres pays occidentaux.

C’était une volonté dès le départ du ministre de s’inscrire dans la durée, car c’est dans la durée qu’on agit bien au service des FrançaisEntourage de Bruno Le Maire au "HuffPost"

Il n’est pas le seul au sein du gouvernement à bénéficier d’une telle longévité. À Bercy, Bruno Le Maire qui a été nommé le même jour que son collègue de l’Éducation nationale peut compter sur le même temps, quatre ans, trois mois et vingt-six jours, à la tête du ministère de l’Économie. Ses deux prédécesseurs, le socialiste Michel Sapin et Emmanuel Macron, juste avant, n’étaient restés que deux ans chacun. Nicolas Sarkozy n’est resté que huit mois, en 2004, avant de prendre la présidence de l’ex-UMP. Deux ans également pour l’emblématique Raymond Barre sous la présidence de Valéry Giscard d’Estaing. Seul Valéry Giscard d’Estaing a tenu quatre ans et onze mois, de 1969 à 1974, mais sous deux présidences, celle de Pompidou et celle par intérim d’Alain Poher après la mort du président Pompidou.

“C’était une volonté dès le départ du ministre de s’inscrire dans la durée, car c’est dans la durée qu’on agit bien au service des Français”, réagit l’entourage de Bruno Le Maire, sollicité par Le HuffPost. “Même parmi les autres ministres européens, c’est l’un des plus anciens, donc sa parole, lors de l’Eurogroupe ou des G20 et donc la parole de la France est entendue”, se félicite-t-on encore.

Bruno Le Maire, contrairement à son collège Jean-Michel Blanquer a exercé son mandat dans une attitude plus lisse ou rassembleuse, de laquelle on retiendra le fameux “quoi qu’il en coûte” et le plan de relance de 100 milliards d’euros déployé après la crise du Covid-19.

À l’enseignement supérieur et à la recherche, ainsi qu’au Handicap, Frédérique Vidal et Sophie Cluzel aussi ont tenu à ce stade sur l’ensemble du quinquennat. On pourrait aussi signaler la présence de Jean-Yves Le Drian, ministre des Affaires étrangères, nommé lui aussi le 17 mai 2017. Une longévité moins rare à la tête du Quai d’Orsay où Hubert Védrine est resté cinq ans sous Lionel Jospin et Roland Dumas cinq ans aussi au début des années 1990.

À voir également sur Le HuffPost: Marine Le Pen, championne des interdictions, dit défendre “les libertés”

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI...

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles