Blanquer et Vidal visés par une plainte après le maintien des examens de BTS

Youen Tanguy
·1 min de lecture
Frédérique Vidal Jean-Michel Blanquer le 18 mars 2019 à la sortie d'un Conseil des ministres à l'Elysée. (Photo: LUDOVIC MARIN/AFP via Getty Images)
Frédérique Vidal Jean-Michel Blanquer le 18 mars 2019 à la sortie d'un Conseil des ministres à l'Elysée. (Photo: LUDOVIC MARIN/AFP via Getty Images)

EXAMENS - C’est une décision qui ne fait pas l’unanimité. Jeudi 22 avril, lors d’un point presse avec le Premier ministre, le ministre de l’Éducation nationale a tranché sur le sort des étudiants en BTS qui réclamaient d’être évalués en contrôle continu, s’estimant pénalisés à cause de la situation sanitaire.

“Au-delà du 2 mai, nous voulons assurer des examens en présence, en assurant des conditions sanitaires strictes”, a déclaré Jean-Michel Blanquer, confirmant ainsi le maintien des examens en présentiel prévus les mardi 27 et mercredi 28 avril.

Il a toutefois rappelé la possibilité exceptionnelle, annoncée quelques jours plus tôt par la ministre de l’Enseignement supérieur Frédérique Vidal, de passer au rattrapage début juillet “pour ceux qui ne pourraient pas aller” à l’épreuve en mai “parce qu’ils seraient malades”, ainsi que pour ceux qui auraient échoué à l’examen.

Pas de quoi calmer la colère des étudiants, dont certains ont même décidé de porter plainte, révèle le JDD. Dans un communiqué de presse, l’avocat Me Fabrice Di Vizio, qui représente “plus de mille étudiants, le collectif des professionnels de santé C19 et l’association Victimes Coronavirus France”, dénonce la “schizophrénie du gouvernement”.

“400 personnes dans une même salle (...) cela est incompréhensible”

“400 personnes dans une même salle, pendant que les collèges, lycées et établissements de l’enseignement supérieur sont fermés en raison de la situation s...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.