Blanquer estime que la violence des jeunes serait "pire si les écoles avaient été fermées"

·2 min de lecture

Le ministre de l'Education nationale estime que la "violence que l'on voit" actuellement entre adolescents serait "pire si les écoles avaient été fermées" dans le cadre d'un confinement.

Jean-Michel Blanquer estime que la "violence que l'on voit" actuellement entre adolescents serait "pire si les écoles avaient été fermées" dans le cadre d'un confinement, dans un entretien au Le Parisien.

Le ministre de l'Education nationale annonce par ailleurs que les infrastructures sportives ouvriront de nouveau pour les mineurs "dès que les conditions sanitaires" le permettront.

Le début de l'année 2021 a été marqué par plusieurs violentes bagarres entre jeunes en région parisienne, avec le passage à tabac du jeune Yuriy à Paris en janvier, puis la mort de deux adolescents lors de rixes distinctes dans l'Essonne en février.

"Les mineurs sont prioritaires dans nos approches"

"Ce qui s'est passé est très grave", affirme Jean-Michel Blanquer, interrogé sur les violences entre bandes rivales qui ont augmenté de près de 25% entre 2019 et 2020, selon le ministère de l'Intérieur. "Cette violence que l'on voit chez les plus jeunes serait d'ailleurs pire si les écoles avaient été fermées. On sait que le confinement crée des difficultés", dit-il.

"C'est pour cela que les mineurs sont prioritaires dans nos approches : ouverture des écoles, collèges et lycées bien sûr. Nous rouvrirons en premier pour les mineurs les infrastructures sportives dès que les conditions sanitaires le permettront", ajoute-t-il.

Il plaide pour généraliser des programmes qui mettent "autour de la table ceux qui interviennent dans la vie d'un enfant: parents, école, police, justice, associations, et communes".

Et sur le plan répressif, le ministre indique mener avec son collègue de l'Intérieur Gérald Darmanin et le Garde des Sceaux Éric Dupond-Moretti "une action conjointe pour combattre le phénomène aux abords des établissements". "Cela se traduira(...)


Lire la suite sur Paris Match