Blanquer aspergé de chantilly : les professeurs dénoncent une Éducation nationale «en chute libre»

© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP

Les deux professeurs qui ont reconnu avoir aspergé de crème chantilly Jean-Michel Blanquer , en campagne pour les législatives samedi à Montargis, ont expliqué lundi à l'AFP ne pas avoir prémédité leur acte et dénoncent sur Twitter une Éducation nationale en "chute libre". Jean-Michel Blanquer faisait campagne sur un marché lorsqu'il a reçu de la crème chantilly au visage, avant de déposer plainte. Sur leur compte Twitter "ProfsChantillyonneurs" qu'ils ont créé dimanche, Christophe et Olivier, deux enseignants de technologie et d'arts plastiques en collège REP, expliquent longuement leur geste dans une vidéo potache intitulée "Blanquer mousse-Montargis-Chantilly gate".

Pas prémédité

"On allait sur le marché et c'est la saison des fraises", a précisé à l'AFP Christophe, qui dément toute volonté préméditée de s'en prendre au candidat Blanquer. Enseignants depuis 20 ans, les deux hommes de 51 et 57 ans, accusés d'avoir fait usage de la violence face à l'ancien ministre, racontent dans leur vidéo la violence subie au quotidien au sein de l'institution scolaire. "La violence, c'est 12% d'élèves qui arrivent en 6ème et qui ne son...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles