BlacKkKlansman (Arte) Quand Spike Lee voulait "couler Trump"

·1 min de lecture

Au début des années 70, en plein mouvement pour les droits civiques émaillé d’émeutes à travers le pays, Ron Stallworth, le premier policier noir de Colorado Spring, las d’être cantonné à des tâches administratives, réussit à nouer des liens par téléphone avec l’antenne locale du Ku Klux Klan, l’organisation secrète raciste et antisémite. Flip, son collègue juif, devient sa couverture pour infiltrer le mouvement...

À lire également

Da 5 Bloods (Netflix) Que vaut le film de Spike Lee avec Chadwick Boseman ?

En 1978, Ron Stallworth (John David Washington), un policier noir, infiltre le Ku Klux Klan, mouvement suprémaciste blanc et antisémite, avec l’aide de Flip (Adam Driver), un collègue juif… Cette histoire, incroyable mais vraie, Spike Lee (président du jury du Festival de Cannes 2021) la raconte avec humour et tend un miroir glaçant de l’Amérique. À la sortie du film (Grand Prix à Cannes, en 2018), le cinéaste disait vouloir que BlacKkKlansman «aide à couler Donald Trump ».

BlacKkKlansman, j'ai infiltré le Ku Klux Klan : ets à voir mercredi 14 juillet à 20h55 sur Arte

Julien Barcilon

... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles