Le Black Friday ou la quête "des bonnes affaires" malgré l'inflation

Grand-messe annuelle de la consommation, le Black Friday, qui s'ouvre dès ce vendredi chez certains commerçants, ne devrait pas pâtir du pouvoir d'achat en berne des Français, désireux de profiter des bonnes affaires face à l'inflation, estiment instituts de sondage et distributeurs.

Devant les Galeries Lafayette déjà parées de leurs atours de Noël, Marie Bois explique avoir perdu 200 euros par mois en pouvoir d'achat, notamment "à cause de (l'augmentation) des charges, comme le chauffage".

La jeune femme de 24 ans, étalagiste en alternance, compte ainsi "profiter des promos" le vendredi 25 novembre pour faire ses cadeaux de fin d'année.

"L'intention de participation au Black Friday est comparable à celle de l'année dernière (…) et ce qui motive cette participation, c'est la crise", explique à l’AFP Nadine Porge, directrice adjointe du département Services de Harris Interactive.

Selon une étude de l'institut parue jeudi et portant sur des cyberacheteurs, 70% se rueront en ligne sur les bons plans du Black Friday et 55% d'entre eux le feront pour des "motifs liés au pouvoir d'achat".

Désormais, le Black Friday peut durer plus d'une semaine, et non plus juste un vendredi.

Malgré l'inflation, les distributeurs se frottent déjà les mains, convaincus de faire recette.

"On est dans une année particulière avec une recherche de bonnes affaires encore plus marquante, dans un contexte de baisse de pouvoir d'achat", juge Hugo Larricq, directeur commerce de Cdiscount, site de commerce en ligne qui attend 10 millions de visiteurs sur la seule journée de vendredi.

En 2021, Fnac-Darty avait comptabilisé plus de 50 millions de visites en ligne et dans les magasins lors du Black Friday, "le plus gros pic de l'année", selon Simon Ilardi, directeur de l'animation commerciale du groupe.

"En 2016 en France, (…) le Black Friday capitalisait autant que Noël en 2018, et est ensuite devenu plus fort que Noël", a confirmé jeudi Olympe Krima, consultante de l'institut d'études GFK, lors d'une conférence de presse.

- "Pas de promos vertes" -

Le président de la fédération de l'e-commerce et de la vente à distance (Fevad), François Momboisse, a toutefois modéré ces ardeurs. Avec "des restrictions de pouvoir d'achat énormes, (…) la situation est quand même tendue, très tendue, beaucoup plus qu'elle ne l'a été ces dix dernières années", tempère-t-il.

L'étude menée par Harris Interactive tend à la même conclusion : "Plus d'un Français sur trois envisage de moins dépenser qu'en 2021 pour les achats de Noël", avec un budget moyen de 404 euros (cadeaux et préparatifs).

Pourtant, les distributeurs font tout pour séduire les réfractaires, allant même jusqu'à mettre en avant des produits d'occasion, de seconde main ou "Made in France" - une façon de répondre aussi aux critiques des associations de défense de l'environnement sur ce rendez-vous de la surconsommation.

"Il n'y a pas de promos vertes !", s'insurge pourtant Tancrède Girard, membre du Réseau francilien des acteurs du réemploi (REFER) qui qualifie de "désastreux" l'impact social et environnemental du Black Friday.

"Pollution", "consommation de ressources", "travail forcé" : en réaction à l'évènement, un collectif d'associations dont Emmaüs a créé le Green Friday, une journée de sensibilisation à la consommation responsable et dont M. Girard est un des membres fondateurs.

Militant d'Extinction Rébellion, "Crocodile" (qui ne veut pas donner son identité) assure ne pas être "là pour stigmatiser les gens et notamment les plus pauvres" et insiste: "Il y a d'autres façons de consommer et de vivre ensemble!".

Tancrède Girard abonde: on peut "acheter uniquement si c'est nécessaire, réparer ou réemployer, favoriser la seconde main" dans des circuits dédiés...

Devant l'entrée lumineuse des Galeries Lafayette, Marie Bois relativise ses emplettes du Black Friday: "Ce n’est pas pour consommer, mais pour faire des achats que je ferais quoi qu'il arrive", explique-t-elle.

Freddy Bara, 29 ans, commerçant au sein de ce grand magasin constate que, "oui, bien sûr, il y a la question de la surconsommation, mais ça crée des emplois...". Puis, il conclut en plaisantant : "De toute façon, moi, le Black Friday, je ne vais pas le faire, je vais le subir".

ola/ak/vk