Le Black Friday dans la ligne de mire de Bruno Le Maire

La pression est forte sur le gouvernement, mercredi 18 novembre, une semaine avant l’allocution d’Emmanuel Macron. Le Black Friday, prévu le vendredi 27 novembre, sera t-il décalé ? C'est ce qu’a souhaité, mercredi 18 novembre à l'Assemblée nationale, le ministre de l'Économie Bruno Le Maire. Un coup de pression sur les grandes enseignes, notamment de ventes en ligne comme Amazon et Cdiscount, mais pas une obligation. Légalement, le gouvernement ne peut pas obliger les entreprises à reporter le Black Friday. En 2019, ce week-end de promotions leur permet, selon Bercy, d'engendrer six milliards d'euros en France chaque année. "Des faux soldes" Les géants de la grande distribution vont-ils accepter ? Contactés, plusieurs groupes de vente en ligne disent envisager de décaler le Black Friday au mois de décembre. Pour les petits commerces, le report demandé n'est pas suffisant. "Ce sont des faux soldes. C’est une opération à l’américaine, artificielle", explique Francis Palombi, président de la Confédération des commerçants de France. D’après franceinfo, une réunion importante doit se tenir vendredi à Bercy avec les représentants des grandes surfaces et des commerces non essentiels. Il serait question de les rouvrir vendredi 27 ou samedi 28 novembre si les indicateurs de l’épidémie de coronavirus continuent de s’améliorer. Ce sera confirmé par Emmanuel Macron quelques jours avant, ainsi que les détails du nouveau protocole sanitaire renforcé.