Blâme du Pr Raoult : une sanction trop clémente pour l’Ordre des médecins

·1 min de lecture
Le Pr Didier Raoult a écopé d'un blâme pour avoir promu l'hydroxychloroquine comme traitement contre le Covid-19. 
Le Pr Didier Raoult a écopé d'un blâme pour avoir promu l'hydroxychloroquine comme traitement contre le Covid-19.

Le Conseil national de l?Ordre des médecins (Cnom) a réagi, vendredi 17 décembre, deux semaines après le blâme du Pr Didier Raoult. Le Cnom a fait appel de cette sanction infligée le 3 décembre au médecin controversé, coupable d?avoir promu l?hydroxychloroquine comme traitement du Covid-19. Cet appel est fait a minima, a précisé l?instance à l?Agence France-Presse. Cela signifie qu?elle demande l?aggravation de la sanction, ou à ce qu?elle demeure au minimum la même.

Le blâme est la deuxième sanction en importance après le simple avertissement et avant les interdictions d?exercer, voire la radiation. Il avait été infligé au Pr Raoult en première instance par la chambre disciplinaire de l?Ordre des médecins de Nouvelle-Aquitaine. Les instances disciplinaires de l?Ordre des médecins sont indépendantes du Conseil national. Cette chambre avait reproché au Pr Raoult d?avoir communiqué des informations qui ne s?appuyaient sur aucune donnée confirmée en promouvant l?hydroxychloroquine comme traitement contre le Covid-19. Elle n?avait en revanche pas retenu les accusations de « charlatanisme » et de prises de « risque injustifié » pour avoir prescrit ce traitement à des patients, malgré son absence d?effet prouvé.

À LIRE AUSSIGérard Araud ? Le mouvement antivax, symptôme d?un Occident en crise

Une manière de s?exprimer « peu correcte, discourtoise, voire agressive »

Directeur sortant de l?IHU Méditerranée Infection de Marseille, le Pr Raoult était poursuivi par l?Ordr [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles