Björn Ulvaeus, membre du groupe Abba, défend des revenus mieux partagés dans la musique

franceinfo Culture avec agences
·1 min de lecture

"Rééquilibrer l'économie de la chanson", c'est l'ambition de Björn Ulvaeus, membre fondateur du groupe suédois Abba qui, à 75 ans, est à la pointe du combat pour réformer l'économie de la musique et du streaming, encore très inégalitaire.

Il a co-écrit un rapport, publié le 17 avril, qui formule plusieurs propositions de modifications, tournées vers la tarification de la musique et la redistribution des revenus qu'elle génère.

"Et si tout cet argent lui revenait, il pourrait en vivre"

En l'état, "80% va aux Drake, aux (Taylor) Swift", constate celui que le monde a découvert lors du concours Eurovision 1974, remporté par Abba, avec ses bottes argentées et sa guitare en étoile. "Le musicien de jazz de niche, lui, ne gagne presque rien, s'il reçoit quelque chose tout court." "Mais il y a peut-être 10.000 personnes qui adorent ce qu'il ou elle fait", poursuit-il. "Et si tout cet argent lui revenait, il pourrait en vivre."

Le rapport suggère notamment de passer d'un modèle "market centric" à la formule "user centric", c'est-à-dire de ne pas répartir les revenus en fonction des écoutes totales, tous utilisateurs confondus mais en les rapportant aux abonnés. L'abonnement des utilisateurs qui n'écoutent jamais Drake ou Taylor Swift ne servirait ainsi pas à les rémunérer, ce qui est le cas aujourd'hui, et irait plutôt aux musiciens que l'abonné choisit effectivement d'entendre.

Une étude du cabinet Deloitte pour le Centre national de la musique, publiée fin janvier, estimait qu'une (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi