Bitcoin : Ils volent 24 millions de dollars en piratant le presse-papier de Windows

·1 min de lecture

HACKERS - D'après Avast, des pirates ont développé un logiciel malveillant pour s'emparer des mots de passe et identifiants enregistrés dans le presse-papier de leurs victimes

À la suite de l’émergence des cryptomonnaies, et notamment du Bitcoin, de nombreuses arnaques ont été développées par les cybercriminels pour tenter de voler le contenu de ces portefeuilles numériques, rapporte TechRadar relayé par Phonandroid, ce mercredi. Récemment, Avast a alerté les utilisateurs sur un logiciel malveillant. Ce dernier utilise un accès au presse-papier des ordinateurs Windows pour tromper les individus dans le cadre de leurs transactions en cryptomonnaies.

Ce logiciel s’appuie notamment sur un module originairement implémenté dans le botnet MyKings, un outil de piratage particulièrement coriace. « MyKings est un botnet de longue date et implacable qui est actif depuis au moins 2016 », ont indiqué les experts d’Avast. Grâce à cet accès au presse-papier de l’ordinateur, les pirates peuvent analyser s’il contient une adresse correspondant à un portefeuille de cryptomonnaies.

Les utilisateurs invités à vérifier les adresses copiées/collées

Cette adresse, composée d’une chaîne complexe de caractères, est en effet souvent directement copiée d’un endroit pouvoir être collée ailleurs, notamment pour indiquer le portefeuille vers lequel on désire faire une transaction. À ce moment-là, les pirates remplacent alors dans le p(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Tinder lance une monnaie virtuelle pour faire des achats sur son application
Bitcoin : Attention, des escrocs se font passer pour Elon Musk et volent votre argent
Salvador : Le bitcoin va servir à construire un hôpital pour animaux de compagnie

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles