Le bitcoin interdit comme l’or en son temps ? L’hypothèse d’un patron de hedge fund américain

·1 min de lecture

Les cryptomonnaies n’en finissent pas d’alimenter les rumeurs. Selon Ray Dalio, fondateur du plus grand fonds spéculatif au monde, Bridgewater Associates, s’inquiète de l’avenir du bitcoin : selon lui, le gouvernement américain pourrait interdire cette cryptomonnaie si son succès devenait incontrôlable, a-t-il déclaré dans une interview accordée à Yahoo! Finance, le 24 mars.

Selon Ray Dalio, le gouvernement des États-Unis pourrait vouloir réduire l’importance des devises alternatives, qui pourraient remettre en cause la domination globale du dollar. Il juge "très probable" que le bitcoin soit ainsi interdit "comme l’or l'a été" à une époque. Washington avait en effet interdit aux citoyens, dans les années 1930, de détenir de l’or à titre privé. Touchés par la Grande Dépression, les États-Unis avaient en effet saisi l'or de tous ceux qui en détenaient, en l'achetant à un taux bien en deçà de celui du marché. Juste après cette "confiscation" qui ne disait pas son nom, le gouvernement de Franklin Roosevelt avait fixé un nouveau taux officiel pour l'or, cette fois-ci beaucoup plus élevé, dans le cadre du Gold Reserve Act de 1934.

Le fondateur du fonds spéculatif de 150 milliards de dollars estime que le succès du bitcoin peut constituer un danger pour les gouvernements : "Ils ne veulent pas que d’autres fonds fonctionnent ou se concurrencent, parce que les choses peuvent devenir incontrôlables", a-t-il avancé. En Inde, le débat grandit sur l’interdiction totale du bitcoin, et selon (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Les solutions radicales des entreprises américaines pour accélérer la vaccination de leurs salariés
Le Brésil veut lancer son vaccin Covid-19, ButanVac, après "d'excellents résultats des tests pré-cliniques"
Olivier Véran donne le coup d’envoi à l’expérimentation de cannabis médical
Le canal de Suez paralysé, la Russie vante les avantages de l’Arctique !
Ouïghours : la Chine sanctionne le Royaume-Uni, qui dénonce "les atteintes grossières" aux droits de l'Homme