La Birmanie va exécuter des opposants politiques pro-démocratie

Le pays n'avait plus exécuté personne depuis plus de 30 ans mais la situation politique a changé depuis le coup d'état militaire de 2021.

La junte birmane a annoncé ce vendredi qu'elle va exécuter un ancien membre du parti de l'ex-dirigeante civile Aung San Suu Kyi et un célèbre militant pro-démocratie, ainsi que deux autres personnes, les premières exécutions judiciaires depuis 1990 dans le pays.

L'ancien député Phyo Zeya Thaw et l'activiste Ko Jimmy, condamnés à mort pour "terrorisme", "seront pendus conformément aux procédures pénitentiaires" avec deux autres détenus à une date non déterminée, a déclaré un porte-parole de la junte au pouvoir, Zaw Min Tun.

La junte birmane a condamné à mort des dizaines de militants mobilisés contre le coup d'Etat qui l'a portée au pouvoir l'an dernier, dans le cadre d'une répression féroce des protestations qui avaient suivi le putsch, mais la Birmanie n'avait plus exécuté personne depuis plus de 30 ans.

La junte militaire contre l'opposition pro-démocratie

Phyo Zeya Thaw, ancien membre du la Ligue nationale pour la Démocratie, le parti d'Aung San Suu Kyi, a été arrêté en novembre et condamné à mort en janvier en vertu des lois anti-terrorisme. Le tribunal militaire a prononcé la même sentence à l'encontre du militant pro-démocratie Kyaw Min Yu, plus connu sous son surnom de "Jimmy".

"Ils ont demandé à faire appel et ont aussi présenté une requête pour que la peine soit commuée, mais les deux ont été refusés. Il n'y a plus rien d'autre maintenant", a déclaré le porte-parole de la junte.

La date des exécutions n'a pas encore été fixée, a-t-il ajouté.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Aung San Suu Kyi en personne devant la justice, sa première apparition depuis le coup d'État en Birmanie

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles